France : les règles du basket-ball qui excluent les joueuses musulmanes de la compétition sont considérées comme discriminatoires

A la veille de l'assemblée générale annuelle de la Fédération française de basket-ball ce week-end, Amnesty International appelle la Fédération française de basket-ball et le ministère français des Sports, des Jeux olympiques et paralympiques à veiller à ce que les règles relatives au port du casque sportif lors des compétitions ne soient pas respectées. Discrimination et violation des droits des joueuses musulmanes qui portent des couvre-chefs religieux. Anna Bloss, chercheuse sur les droits des femmes à Amnesty International Europe, a déclaré :

« Exclure les basketteuses musulmanes qui portent des couvre-chefs religieux lors des matches de compétition est non seulement discriminatoire et constitue une violation de leurs droits à la liberté d'expression, à la santé, à la vie privée et à la religion, mais cela contrevient également au devoir de garantir que le basket-ball soit accessible à tous. » Toutes les mathématiques.

« Au lieu d'imposer des règles discriminatoires à l'encontre des athlètes féminines musulmanes, la FFBB et les autorités françaises devraient profiter de l'occasion offerte par l'Assemblée générale pour revoir les règles existantes afin de garantir qu'elles protègent et ne violent pas les droits humains, ainsi que mettre fin aux discours néfastes et aux stéréotypes négatifs qui ne font que servir à alimenter l’islamophobie, y compris dans le sport ».

arrière-plan

Voir la déclaration publique d'Amnesty International exprimant ses inquiétudes quant à l'interprétation néfaste des règles officielles de la Fédération, et l'introduction du nouvel article 9.3 du Règlement sportif général en décembre 2022 qui interdit explicitement « le port de tout équipement à connotation religieuse ou politique lors des compétitions ». . Le non-respect de l'article 9.3 peut entraîner des mesures disciplinaires à l'encontre du joueur et de ceux qui permettent le déroulement de la compétition.

READ  L'Algérie devient le quatrième pays à licencier son sélectionneur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *