Glissement de terrain en Papouasie-Nouvelle-Guinée : course pour sauver les villageois piégés

Explication vidéo, Papouasie-Nouvelle-Guinée : beaucoup craignent d’avoir été tués dans un glissement de terrain

  • auteur, Malo Corcino
  • Rôle, nouvelles de la BBC

Les services d’urgence se précipitent pour atteindre les villages touchés par un énorme glissement de terrain dans la province isolée d’Inga, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, où l’on craint des centaines de morts.

L’agence humanitaire CARE Australie a déclaré qu’une équipe d’intervention rapide composée de médecins et de militaires avait pu atteindre le site isolé du glissement de terrain.

Elle a ajouté que le terrain difficile et les dommages causés aux routes principales rendent les efforts de secours difficiles, car l’autoroute a été fermée et la zone n’est accessible que par hélicoptère.

Le glissement de terrain a enseveli des centaines de maisons dans les hautes terres d’Inga, au nord de ce pays insulaire dans le sud-ouest de l’océan Pacifique, vers 03h00 heure locale vendredi (17h00 GMT jeudi).

On ne sait toujours pas combien de personnes sont coincées sous les décombres.

CARE Australie a déclaré que 60 maisons avaient été détruites et « à l’heure actuelle, tous les membres de ces familles sont toujours portés disparus ».

Près de 4 000 personnes vivent dans la zone où s’est produit le glissement de terrain.

Mais l’agence a averti que le nombre de personnes touchées « risque d’être plus élevé » en raison de l’afflux de personnes fuyant les conflits dans les zones voisines.

Elle a ajouté que d’autres villages pourraient également être menacés « si le glissement de terrain se poursuit en bas de la montagne ».

Amos Akim, député du comté d’Inga, a déclaré au Guardian que, d’après les informations recueillies sur le terrain, « le glissement de terrain a enseveli plus de 300 personnes et 1 182 maisons ».

Il a ajouté que les efforts de secours ont été entravés par le blocage de la route reliant le village touché de Yambali à la capitale.

Il n’y a qu’une seule autoroute menant au comté d’Inga. CARE Australie a déclaré que le glissement de terrain avait provoqué des débris atteignant 8 mètres de profondeur, affectant plus de 200 kilomètres carrés de terrain, « y compris 150 mètres de la route principale menant au district d’Inga ».

Sirhan Oktoberak, responsable de l’ONU, a déclaré à l’agence de presse Associated Press que la zone touchée par le glissement de terrain était de la taille de trois à quatre terrains de football.

Oktoberak a déclaré que certaines maisons du village ont survécu au glissement de terrain, mais « étant donné l’ampleur de la catastrophe », le bilan pourrait être supérieur à 100 personnes.

Source des images, Getty Images

Source des images, Getty Images

Le processus visant à atteindre les personnes touchées a été compliqué en raison des craintes concernant la possibilité de nouveaux glissements de terrain.

« Le sol continue de glisser et de bouger, ce qui rend dangereux le travail des personnes », a déclaré Oktoberak à l’Agence France-Presse.

Les habitants des zones environnantes ont décrit comment les arbres et les débris provenant de l’effondrement du flanc de la montagne ont enseveli certaines parties de la communauté, la laissant isolée.

Les images de la scène montrent des résidents locaux récupérant des corps sous les décombres et les arbres alors qu’ils traversaient un terrain couvert de rochers géants et d’arbres déracinés.

« Il n’y a plus de maison »

Un habitant d’un village voisin a déclaré que lorsqu’il est arrivé sur le site du glissement de terrain, « il n’y avait aucune maison ». [left] ».

S’adressant à la chaîne australienne ABC, Dominic Lau a déclaré que le sol était « plat avec de la terre ».

Lau a ajouté : « Il n’y avait rien, juste des roches et de la terre. Il n’y avait personne et il n’y avait aucune maison visible. »

Le gouverneur d’Inga, Peter Ipatas, a déclaré à l’AFP que jusqu’à « six villages » avaient été touchés par le glissement de terrain, qu’il a qualifié de « catastrophe naturelle sans précédent ».

Inga est située à plus de 600 kilomètres de la capitale du pays, Port Moresby.

La Croix-Rouge de Papouasie-Nouvelle-Guinée a déclaré plus tôt qu’une équipe d’intervention d’urgence composée de responsables du bureau du gouverneur régional, de la police, des forces de défense et d’ONG locales avait été déployée sur le site.

Le Premier ministre de Papouasie-Nouvelle-Guinée, James Marape, a déclaré vendredi que les autorités réagissaient à la catastrophe.

Il a ajouté que le gouvernement travaillait avec les autorités locales pour fournir « des secours, récupérer les corps et reconstruire les infrastructures ».

READ  La France va assouplir les restrictions sur les coronavirus en février

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *