Han So Hee s’exprime sur les rumeurs selon lesquelles elle serait acceptée dans une université française

Actrice Han So Hee / Newsies

Par K Times

L’actrice Han So Hee a répondu aux rumeurs remettant en question la validité de son acceptation annoncée dans une université française.

Un responsable de son agence de gestion 9ato Entertainment a déclaré lundi : « Tout ce que Han So Hee a mentionné lors de l’émission est vrai. Elle a déjà été acceptée dans une école en France. » « Les détails spécifiques sont personnels et donc difficiles à révéler. »

Elle est récemment apparue sur une chaîne YouTube hébergée par le producteur populaire Na Young-seok. عندما سألتها نا عما إذا كانت قد انتقلت إلى سيول بعد المدرسة الثانوية، قالت هان: « لقد تم قبولي في مدرسة فرنسية، ولكن للحصول على تأشيرة، كنت بحاجة إلى إظهار 60 مليون وون في حسابي. أين كنت سأحصل على 60 مليون وون؟ مليون وون À ce moment-là? »

Elle a détaillé ses difficultés financières en disant : « Travailler 12 heures dans une brasserie me rapportera 1,8 million de won, mais deux heures de tournage d’un mannequin me rapporteront 3 millions de won. Après avoir fait une publicité pour une collation, j’ai reçu 20 millions de won dans mon film. compte. » « Je pensais travailler trois fois sur un compte bancaire pour gagner 60 millions de won (43 590 dollars) et aller en France, mais me voici à la place. »

Après la publication de la vidéo, certains ont exprimé leur scepticisme, soulignant que l’affirmation selon laquelle il faudrait 60 millions de wons en banque pour étudier en France ne correspond pas à la réalité.

Ils ont également souligné que l’admission dans une école française nécessite généralement un certificat DELF, ou test de compétence en langue française. Certaines personnes lui ont demandé de fournir une preuve d’admission universitaire et de ce diplôme.

READ  Les billets Monster Energy Supercross sont jusqu'à 35 % de réduction dans tout le pays

Au milieu de la controverse, quelqu’un a partagé une capture d’écran d’une conversation sur les réseaux sociaux avec Han.

« Au début, je rêvais d’écoles comme Central, Saint Martins et Parsons, et j’ai entendu dire qu’elles pouvaient coûter des millions par an, alors j’ai plutôt choisi les beaux-arts. Comme je n’allais pas dans une université locale, j’y suis parvenu », Hahn dit dans la lettre. «Je n’ai pas obtenu de prêt étudiant et je manquais cruellement d’argent pour couvrir mes frais de logement et de subsistance.»

« Depuis que j’ai recommencé à travailler à l’âge de 20 ans, chaque centime que je gagnais en travaillant à temps partiel allait directement au collège, ce qui me donnait l’impression de verser de l’eau dans un seau sans fond », a-t-elle ajouté.

Mais elle n’a pas clarifié la validité de son admission à l’université française, ce qui a accru les doutes.

Cet article a été traduit de Hankook Ilbo, une publication sœur du Korea Times, par Creative AI et édité par le Korea Times.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *