Israël paie la famille du détenu palestinien américain tué | L’actualité du conflit israélo-palestinien

Israël indemnise la famille d’Omar Asaad, 80 ans, avec 141 000 dollars après son arrestation par des soldats israéliens et sa mort en janvier.

Dimanche, Israël a déclaré qu’il était parvenu à un règlement pour indemniser la famille d’un vieil homme palestino-américain décédé après que ses soldats aient utilisé la force pour l’arrêter en Cisjordanie occupée.

Le règlement représente un cas rare de compensation pour une réclamation palestinienne contre des actes répréhensibles présumés par les forces israéliennes. La mort de l’homme a également provoqué de rares critiques d’Israël de la part des États-Unis.

Le ministère israélien de la Défense a déclaré qu’il avait accepté de payer 500 000 shekels (141 000 dollars) à la famille d’Omar Abdel-Majid Asaad « à la lumière des circonstances uniques de cet événement malheureux ».

En janvier, Asaad, 80 ans, rentrait chez lui en voiture lorsqu’il a été arrêté par des soldats israéliens lors d’une opération militaire. Son neveu a déclaré que les soldats l’avaient menotté, lui avaient bandé les yeux et l’avaient traîné par terre.

Asaad, qui vivait aux États-Unis depuis quatre décennies, a été déclaré mort à l’hôpital après que d’autres Palestiniens détenus l’aient trouvé inconscient. On ne sait pas exactement quand il est mort.

La famille d’Asaad a déposé une plainte contre l’État devant un tribunal israélien.

L’armée israélienne a publié une rare déclaration cette année après une protestation du gouvernement américain. Elle a décrit l’incident comme « un événement grave et malheureux résultant d’un échec moral et d’une mauvaise prise de décision de la part des soldats ».

Elle a déclaré qu’un officier avait été réprimandé et que deux autres officiers avaient été réaffectés à des rôles non commandants au cours de l’incident.

READ  L'hôpital n'a aucune idée de l'étendue des ravages causés par les cyberattaques ; La récupération peut prendre des mois

La justice et l’indemnisation des Palestiniens tués par les forces israéliennes ou morts en détention sont inhabituelles.

En mai, la journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu Oqla, 51 ans, a été tuée alors qu’elle couvrait un raid israélien dans la ville occupée de Jénine en Cisjordanie. A l’époque, le journaliste américano-palestinien portait un casque et un gilet pare-balles sur lesquels était clairement écrit « PRESS ».

L’armée israélienne a déclaré qu’il y avait une « forte possibilité » qu’elle ait été « accidentellement » touchée par le feu d’un soldat israélien. Des responsables palestiniens, des militants des droits de l’homme et la famille Abu Akleh ont critiqué l’enquête.

Israël a déclaré qu’il n’ouvrirait pas d’enquête pénale sur sa mort. La mort d’Abu Okla a suscité l’indignation internationale et des appels de sa famille et des défenseurs de la liberté de la presse pour une enquête indépendante.

Il a également appelé les hauts responsables américains, dont le président Joe Biden et le secrétaire d’État Anthony Blinken, à la « responsabilité » lorsqu’ils ont été interrogés sur la question.

Al Jazeera a renvoyé le cas d’Abu Okla à la Cour pénale internationale de La Haye.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.