Kazima a condamné les trois autres sociétés japonaises à payer 48 millions de dollars pour la chute algérienne

Bordj Bou Arreridj (Sofiane Khourour / Dreamstime)

Kazima, un entrepreneur japonais, a été condamné à rembourser 48 millions de dollars à trois autres sociétés japonaises pour un tronçon inachevé de 400 km de l’autoroute est-ouest de l’Algérie.

La route, qui relie la ville septentrionale de Portz-Bo-Arridge à la frontière tunisienne, a été attribuée en 2006 à la Fédération Kojal, qui comprend Hasama Ando Corporation, Nishimatsu Construction et Taisei.

Selon la technologie du transport routier Site Internet, Ce travail était la plus longue section de la route, et comprenait 190 ponts et viaducs et cinq tunnels.

UNE Signaler La décision de 48 millions de dollars du Tribunal japonais d’arbitrage commercial ne confirme qu’une partie de la demande d’indemnisation et représente la distribution des fonds excédentaires au lieu de « dommages causés par le manquement de Kazima à ses devoirs », a déclaré Kazima.

Kazima a ajouté que les paiements auront peu d’impact sur sa situation financière, il ne changera donc pas ses résultats financiers 2022 annoncés le 9 novembre.

Nikki Asie Rapports Le projet a été suspendu suite au défaut de paiement du promoteur.

Les entreprises japonaises ont conclu un accord avec les autorités algériennes en 2016.

READ  Parents d'entreprise, méfiez-vous en France: on peut assumer la responsabilité des actes d'autrui | Morgan Lewis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *