La Banque d'Angleterre gèle ses taux d'intérêt alors que l'inflation reste élevée

Le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Andrew Bailey, a déclaré que les décideurs politiques avaient besoin de « plus de preuves » que l'inflation devrait tomber à 2% avant de réduire les taux d'intérêt. Photographie : Justin Tallis/Pool/AFP
Source : Agence France-Presse

La Banque d'Angleterre a gelé jeudi son taux directeur pour la quatrième réunion consécutive, conformément à la politique de la Réserve fédérale américaine, car une inflation élevée empêche une baisse des coûts d'emprunt.

Lors d'une réunion régulière de politique monétaire, la Banque d'Angleterre a laissé ses taux d'intérêt à 5,25 %, le niveau le plus élevé depuis 16 ans.

Le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Andrew Bailey, a déclaré qu’il était « nécessaire de voir davantage de preuves que l’inflation devrait tomber » jusqu’à « l’objectif de 2,0 % de la banque, et y rester, avant de pouvoir réduire les taux d’intérêt ».

Le taux d'inflation annuel au Royaume-Uni est de 4,0 pour cent, après avoir augmenté de 3,9 pour cent, selon les dernières données officielles.

Mais il a fortement chuté par rapport à son plus haut niveau depuis 41 ans de 11,1 % en octobre 2022.

La Banque d’Angleterre a relevé son taux directeur à 14 reprises entre fin 2021 et le second semestre de l’année dernière.

Lire aussi

L'inflation de la zone euro ralentit à 2,8% en janvier

Les pressions inflationnistes mondiales ont commencé à s’accentuer après la levée des mesures de confinement liées au coronavirus. Ils ont continué à augmenter lorsque les prix de l’énergie ont augmenté suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, producteur de pétrole et de gaz.

« Des faux pas en cours de route »

La Banque d'Angleterre s'attend à ce que l'inflation annuelle au Royaume-Uni tombe à 2,0 % au printemps avant de remonter.

Le procès-verbal de la réunion indiquait : « Il existe toujours des risques importants résultant de l’évolution de la situation au Moyen-Orient et de la perturbation du transport maritime via la mer Rouge. »

READ  La France et l'Algérie arrangent leurs relations après un différend sur les visas

La Banque d’Angleterre a ajouté : « Nous prévoyons une baisse de l’inflation, malgré quelques obstacles en cours de route. »

Le Fonds monétaire international a annoncé mercredi que le transport de conteneurs via la mer Rouge avait diminué d'environ un tiers cette année alors que les attaques des rebelles Houthis au Yémen se poursuivent.

Cela a conduit à des coûts de transport plus élevés.

« Il y a toujours des risques qui peuvent modifier les attentes », a déclaré Bailey lors d'une conférence de presse.

Lire aussi

La plupart des marchés asiatiques ont chuté alors que la Réserve fédérale a anéanti les espoirs d'une baisse des taux d'intérêt en mars.

« Malheureusement, les risques géopolitiques se sont intensifiés à la suite des événements au Moyen-Orient. Jusqu'à présent, l'impact sur les prix de gros de l'énergie a été limité, mais les volumes de fret ont considérablement diminué sur les routes de la mer Rouge et… les coûts de transport ont augmenté. »

Bailey s'est joint à cinq autres décideurs politiques pour voter en faveur du maintien des taux d'intérêt inchangés, l'un appelant à une réduction et deux appelant à une hausse des coûts d'emprunt.

Une économie stagnante

Les analystes ont déclaré qu'ils s'attendaient toujours à des réductions des taux d'intérêt au Royaume-Uni cette année et peut-être dès juin.

« Une grande partie de la situation économique dans son ensemble ajoute du poids aux arguments en faveur de réductions », a déclaré Susannah Streeter, responsable de la monnaie et des marchés chez Hargreaves Lansdowne, après la mise à jour de la BoE.

« La croissance a stagné et l'économie (du Royaume-Uni) risque de sombrer dans une très légère récession à la fin de 2023, les entreprises et les consommateurs faisant preuve d'une plus grande prudence dans leurs dépenses. »

READ  L'économie de Maui, 6 mois après les incendies de forêt, est toujours sous le choc

L'économie britannique s'est contractée de 0,1 pour cent au troisième trimestre de l'année dernière. Une contraction au quatrième trimestre le plongerait dans une récession technique.

Lire aussi

La décision de la Réserve fédérale américaine sur les taux d'intérêt pourrait donner des indices sur le calendrier des futures réductions

De l'autre côté de l'Atlantique, la Réserve fédérale a signalé mercredi que même si elle est sur la bonne voie pour réduire les taux d'intérêt américains, cela n'arrivera probablement pas avant mai au plus tôt.

Cela est intervenu après que la Réserve fédérale a annoncé qu'elle maintiendrait son taux directeur entre 5,25 et 5,50 pour cent, le niveau le plus élevé depuis 23 ans.

Source : Agence France-Presse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *