La chaîne saoudienne algérienne révoque l’accréditation d’al-Arabiya pour diffusion de fausses informations

NEW YORK, 2 août 2021 – Les autorités algériennes devraient immédiatement révoquer l’accréditation de la chaîne d’information saoudienne Al-Arabiya et veiller à ce que la chaîne puisse fonctionner librement dans le pays, a déclaré aujourd’hui le Comité de sécurité de la presse.

Le 31 juillet, le ministère algérien des Communications a révoqué la reconnaissance de la presse d’al-Arabiya pour avoir diffusé de fausses informations et les avoir manipulées alors qu’elle ne respectait pas l’éthique de la presse. Nouvelles Rapports Et une agence de presse d’État Service de presse algérien.

Aucune déclaration n’a été publiée par la chaîne affirmant avoir mérité l’annulation et aucun commentaire n’a été fait par le ministère des Communications ou les demandes par courrier électronique d’Al-Arabiya CBJ.

Le coordinateur du projet CBJ Moyen-Orient et Afrique du Nord, Sharif Mansour, a déclaré que le gouvernement algérien avait révoqué la reconnaissance par la presse des journalistes et des organes de presse locaux et étrangers comme moyen de supprimer la liberté de la presse dans le pays. « Les autorités devraient immédiatement revenir sur la décision de révoquer la reconnaissance d’al-Arabiya dans la presse et permettre aux organes de presse locaux et étrangers et à tous les journalistes de travailler librement dans le pays.

Le combattant de la liberté du journal local Mustafa Bentzama a déclaré à CBJ qu’al-Arabia continuait de diffuser via un processeur de messagerie ; Il a également déclaré qu’après la révocation de la licence du magasin par le ministère des Communications, les journalistes étrangers travaillant dans un magasin étranger ne seraient plus autorisés à travailler dans le pays. Le CPJ n’a pas été en mesure de confirmer cela de manière indépendante ni de décider si les travailleurs étrangers d’al-Arab devraient quitter l’Algérie.

READ  En signe de solidarité, l'Algérie reprend ses vols vers la Libye, ouvrant une route maritime entre les deux capitales

Le 13 juin, le ministère des Communications a révoqué la reconnaissance de presse de la chaîne publique française France 24, l’accusant d’être « pro » dans la couverture des manifestations contre le gouvernement, comme l’a documenté le CPJ.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *