La Chine affirme que les adresses américaines ont utilisé leurs ordinateurs pour lancer des cyberattaques contre la Russie et l’Ukraine

Une icône d’ordinateur apparaît sur un écran au-dessus du drapeau chinois dans cette illustration le 12 juillet 2017. Photo : Thomas White/Reuters

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

SHANGHAI (Reuters) – La Chine est frappée par des cyberattaques continues depuis février, car elle a utilisé des adresses Internet américaines pour prendre le contrôle d’ordinateurs chinois afin de cibler la Biélorussie, la Russie et l’Ukraine, a annoncé vendredi l’agence de presse Xinhua.

Elle a cité le National Computer Network Emergency Response Technical Team/Coordination Center of China (CNCERT/CC), un centre technique de cybersécurité qui dirige les efforts de prévention et de détection des menaces de cybersécurité dans le pays.

« La surveillance menée par le CNCERT/CC a révélé que depuis fin février, l’Internet chinois est constamment confronté à des cyberattaques provenant de l’étranger. Ces groupes étrangers ont attaqué en prenant le contrôle des ordinateurs du pays pour mener des cyberattaques contre la Russie, l’Ukraine et la Biélorussie », a déclaré le communiqué. Centre est cité comme disant.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

« Après analyse, la plupart des adresses de ces attentats provenaient des États-Unis », a-t-elle ajouté, ajoutant que quelques-unes provenaient d’autres pays comme l’Allemagne et les Pays-Bas.

Les cyberattaques ont été un point de tension majeur entre les États-Unis et leurs alliés et la Chine, les premiers accusant la Chine de mener une campagne mondiale de cyberespionnage.

La Chine affirme ne pas participer aux cyberattaques, qualifiant ces allégations de « diffamation malveillante ».

(Reportage de Brenda Goh) Montage par Christopher Cushing et Kenneth Maxwell

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.