La coalition de gauche française revendique le droit de former un gouvernement après l’effondrement du Parlement

PARIS (AP) — Une coalition de gauche a remporté davantage de sièges à l’Assemblée nationale française Des résultats étonnants Il a revendiqué mardi le droit immédiat de former un gouvernement, même si aucun groupe n’a obtenu la majorité des sièges.

La dissolution du Parlement est sans précédent dans l’histoire moderne de la France. Les votes ont augmenté dimanche Risque de paralysie Pour la deuxième économie de l’UE. Le Parlement est divisé entre la nouvelle coalition de gauche du Front populaire, alliée centriste du président Emmanuel Macron, et le Rassemblement national d’extrême droite.

Macron Son Premier ministre a demandé lundi à Gabriel Attal de continuer à gérer les affaires courantes, malgré l’offre de démission d’Attal, moins de trois semaines après le début du mandat. Jeux Olympiques de Paris. Macron est parti mercredi et Sommet de l’OTAN à Washington.

Les trois principaux partis de la coalition de gauche – France Anbaud, parti d’extrême gauche, les Socialistes et les Verts – ont entamé des négociations pour trouver un candidat au poste de Premier ministre. La coalition a appelé Macron dans un communiqué à « revenir immédiatement au nouveau Front populaire » et à lui permettre de former un gouvernement. Le « maintien prolongé » d’Attal pourrait être considéré comme une tentative de renverser les résultats des élections.

« Nous mettons fortement en garde le président contre toute tentative d’expropriation d’institutions », indique le communiqué, ajoutant : « Si le président continue d’ignorer ces décisions, ce sera une trahison de notre Constitution et une conspiration contre la démocratie. Forte opposition ».

La coalition de gauche comprend l’ancien président socialiste français François Hollande, qui a fait un retour inattendu sur la scène politique en tant que l’un des candidats les plus en vue aux élections, remportant un siège dans sa ville natale. Il est considéré comme un acteur clé mais n’a pas parlé à la presse alors qu’il rejoint ses collègues du Parti socialiste.

Le Nouveau Front populaire « est la force dirigeante du Parti républicain dans ce pays, il est donc de sa responsabilité de former un gouvernement (…) pour mettre en œuvre les politiques publiques que les Français attendent », a déclaré le député vert Cyril Chatlain.

Alors que les négociations au sein de l’alliance de gauche ont été compliquées par des divisions internes, l’objectif de sa formation précipitée – maintenir l’extrême droite du pouvoir en France – a été atteint ces derniers jours.

Certains insistent sur une personnalité d’extrême gauche pour le Premier ministre, tandis que d’autres, plus proches du centre-gauche, préfèrent une personnalité plus consensuelle. Le Premier ministre français est responsable devant le Parlement et peut être destitué par un vote de censure.

« Les législateurs inflexibles de la France entrent à l’Assemblée nationale non pas comme une force d’opposition (…) mais comme une force qui veut diriger le pays », a déclaré la députée d’extrême gauche Mathilde Panot.

Johanna Rolland, la principale négociatrice du Parti socialiste, a déclaré que le prochain Premier ministre ne serait pas Jean-Luc Mélenchon, le fondateur d’extrême gauche controversé de France Unboot qui a provoqué la colère de nombreux modérés. Mélenchon, qui ne s’est pas présenté aux élections législatives, a rejoint les négociations à l’Assemblée nationale.

S’exprimant à la télévision France 2, Rolland a suggéré que la coalition de gauche pourrait travailler avec les membres de centre-gauche de la coalition de Macron.

Certains ont accepté le besoin de conclure des accords et de socialiser.

« Pour moi, les Français nous ont envoyé un message clair. « Ils ne veulent pas donner la majorité absolue à une coalition politique particulière, alors ils nous ordonnent de nous écouter et de travailler ensemble, et c’est ce que nous devons faire », a déclaré Yael Braun-Pivet, membre du parti centriste de Macron. coalition. Ancien président de l’Assemblée nationale.

READ  L'Algérie remplace le chef de la défense aérienne dans un coup d'État militaire

Selon les résultats officiels, les trois principales circonscriptions sont loin d’atteindre les 289 sièges nécessaires pour contrôler les 577 sièges de l’Assemblée nationale, la plus puissante des deux chambres législatives françaises.

Les résultats ont montré plus de 180 sièges pour le Nouveau Front populaire, plus de 160 pour la coalition centriste de Macron et plus de 140 pour le parti d’extrême droite du Rassemblement national. Marine Le Pen.

Il reste trois ans à la présidence de Macron.

___

Les rédacteurs d’Associated Press Barbara Surg à Nice, en France, et Jeffrey Schaefer à Paris ont contribué.

___

Suivez la couverture électorale mondiale d’AP https://apnews.com/hub/global-elections/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *