La Cour suprême ne sous-estimera pas la victoire de la France dans le combat des marques France.com

Le drapeau français flotte le 28 novembre 2016 à l’Elysée à Paris, en France. REUTERS / Philippe Wojazer

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à reuters.com

  • La Cour d’appel des États-Unis a confirmé la renonciation de la France aux revendications de marque
  • France.com a déclaré que l’affaire devrait être laissée à la souveraineté

Les noms de l’entreprise et du cabinet d’avocats indiqués ci-dessus sont générés automatiquement sur la base du texte de l’article. Nous améliorons cette fonctionnalité tout en continuant à tester et à améliorer la version bêta. Nous apprécions vos commentaires en utilisant l’onglet Commentaires sur le côté droit de la page.

(Reuters) – La Cour suprême des États-Unis a donné lundi une victoire au gouvernement français après qu’un ancien propriétaire de France.com a déposé une plainte contre le pays pour contrefaçon de marque et a demandé à un tribunal de Virginie de lui restituer le nom de domaine.

La Haute Cour a rejeté la requête en révision de France.com Inc, laissant intact le jugement de mars de la 4e Cour d’appel des États-Unis et concluant que le gouvernement français n’était pas exempté des réclamations.

Jean-Noel Frydman, citoyen américain et étranger français, a racheté France.com en 1994 et l’a utilisé pour vendre des services de voyage français. Il s’est affilié à France.com Inc en Californie et détient les marques américaines et européennes portant le nom.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à reuters.com

La société de Frydman a poursuivi une société néerlandaise à Paris pour violation de ses marques, et le gouvernement français est intervenu, arguant qu’il avait parfaitement le droit d’utiliser le nom « France » à des fins commerciales.

Un tribunal de Paris a statué en faveur du gouvernement en 2015, et une cour d’appel française l’a confirmé en 2017. L’appel est pendant devant la Cour de cassation française jusqu’en novembre.

France.com L’affaire a continué Le gouvernement français a déposé une plainte devant la Cour fédérale de Virginie en 2019 alléguant la cybersécurité, la contrefaçon de marque et la concurrence déloyale. 4ème tour Commandé La juridiction inférieure a rejeté l’affaire plus tôt cette année sur la base de la souveraineté française.

Dans son appel devant la Cour suprême, France.com a fait valoir qu’une action en justice devrait être autorisée en vertu d’une exception souveraine aux réclamations fondées sur « l’activité commerciale » d’un pays.

Le 4ème Circuit a rejeté l’argument de France.com car l’affaire était basée sur une décision de justice française selon laquelle la France n’utilisait pas le site Web à des fins commerciales. France.com Dit à la Haute Cour La cour d’appel pour chacune de ses demandes n’a pas examiné si « Gravamen » était une activité commerciale française.

France.com a fait valoir que « l’exception » est « insignifiante » si une affaire de contrefaçon de marque est séparée des vraies questions de l’utilisation ou de l’abus d’une marque.

L’avocat de France.com Benjamin Barlow a déclaré dans un e-mail que lui et son client étaient déçus de la décision mais « comprenaient les contradictions de longue date ».

« Le quatrième cycle de souveraineté étrangère a franchi les limites connues de l’immunité – et il devra y remédier à l’avenir », a déclaré Barlow.

Le gouvernement français et son avocat, John Cream, n’ont pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Affaire France.com Inc c. République française, Cour suprême des États-Unis, no. 21-448.

La France

Au gouvernement français : John Cream de Carter Ledyard & Milburn, Zachary Cohen de Thompson McMullen

Lire la suite:

Règles du 4e circuit pour la France dans la controverse sur les marques de commerce « France.com »

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à reuters.com

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

READ  La Grande-Bretagne commence à distribuer le vaccin AstraZeneca Govt entre un avertissement ANI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.