La crise irakienne se dirige vers une inconnue après que les manifestants de Sadr aient paralysé la justice pendant une courte période

Les partisans de l’imam irakien Moqtada al-Sadr ont organisé mardi un sit-in devant le siège du Conseil supérieur de la magistrature à Bagdad, dans le dernier chapitre de la crise politique qui secoue le pays depuis des mois.

Les manifestants exigent la dissolution du parlement, la responsabilité des corrompus et un amendement de la constitution concernant la manière dont le bloc majoritaire au parlement formera un nouveau gouvernement.

La décision de mardi est susceptible d’ouvrir la voie à une nouvelle paralysie en Irak et au démantèlement du système politique établi après l’invasion américaine de 2003.

Plus tard mardi, al-Sadr a ordonné à ses partisans de se retirer du Conseil judiciaire suprême « pour préserver la réputation des révolutionnaires bien-aimés et pour éviter de nuire au peuple », a tweeté le religieux.

Les manifestants se sont retirés de la zone mais ont gardé leurs tentes sur les ordres d’al-Sadr.

Il leur a suggéré de poursuivre leur sit-in au Parlement « s’ils le souhaitent car c’est une décision qui appartient au peuple ».

Avant que les manifestants ne se retirent, la justice a émis trois mandats d’arrêt contre des responsables et des officiers du mouvement sadriste qui ont été indulgents dans la protection du siège du Conseil de la magistrature, ce qui a permis aux manifestants d’y accéder.

Un mandat a été émis contre le chef du mouvement sadriste, l’ancien député Cheikh Sabah Al-Saadi, accusé d’avoir menacé le pouvoir judiciaire.

Lundi, il avait tweeté que la justice n’est pas à égale distance de tout le monde, notant qu’elle favorise les corrompus et est injuste envers les gens.

READ  Les États-Unis ne manifestent aucune intention d'inverser le cours de la reconnaissance du Sahara occidental lors de la réunion du Conseil de sécurité de l'ONU

À la suite de son mandat d’arrêt, il a de nouveau tweeté contre la justice, l’accusant de faire deux poids deux mesures car elle s’est empressée de condamner ses déclarations, alors qu’elle n’a pris aucune mesure contre d’autres critiques, comme Hadi Al-Amiri, « qui a menacé la justice en en plein jour. »

Il a également critiqué le pouvoir judiciaire pour ne pas avoir pris de mesures contre l’ancien Premier ministre et opposant de longue date d’al-Sadr, Nouri al-Maliki, « dont les récents enregistrements audio menacent la paix civile ».

Je n’ai pas peur de l’emprisonnement ou de l’arrestation. « Nous n’avons pas et ne resterons pas silencieux sur la corruption et la répression », a promis Saadi.

L’agence de presse officielle irakienne a déclaré que le pouvoir judiciaire reprendrait ses activités demain, mercredi, après le retrait du mouvement sadriste de la région.

« A la lumière du retrait des manifestants et de la levée du siège du siège du Conseil supérieur de la magistrature et du Tribunal fédéral, il a été décidé de reprendre le travail normalement dans tous les tribunaux, à partir de demain matin », a indiqué le conseil.

Al-Sadr a contribué à attiser les tensions en Irak ces dernières semaines en ordonnant à des milliers de ses partisans de prendre d’assaut et d’occuper le parlement et d’empêcher la formation d’un gouvernement près d’une décennie après les élections.

La justice a condamné le rassemblement de manifestants devant son siège, le qualifiant de « comportement inconstitutionnel », ajoutant que les manifestants avaient envoyé des menaces par téléphone.

Le Premier ministre Mustafa Al-Kadhimi, qui a écourté un voyage en Égypte pour faire face à la crise, a exhorté toutes les parties au calme et a renouvelé les appels au dialogue national.

READ  La reprise économique est en cours, la reprise n'est pas encore là - Loveland Reporter Herald

Al-Kazemi a déclaré dans un communiqué que la perturbation du système judiciaire « expose le pays à de graves risques ».

L’impasse en Irak est la plus longue sans gouvernement pleinement opérationnel depuis près de deux décennies depuis que Saddam Hussein a été renversé lors de l’invasion de 2003.

Al-Sadr a été le plus grand vainqueur des élections de 2021, mais il n’a pas été en mesure de former un gouvernement avec les partis kurde et arabe sunnite, à l’exception de ses rivaux chiites soutenus par l’Iran.

L’ecclésiastique, qui a une influence sans précédent en Irak, pourrait rapidement mobiliser des centaines de milliers de ses partisans pour organiser des manifestations et paralyser la politique byzantine dans le pays.

Al-Sadr avait appelé à des élections anticipées et à des amendements non spécifiés à la constitution après le retrait de ses députés du parlement en juin.

« Le peuple exige la dissolution immédiate du Parlement et la formation d’un gouvernement intérimaire », a déclaré un manifestant arborant le drapeau irakien.

« Aidez-nous. Restez avec nous », a déclaré un autre manifestant.

Les opposants politiques de Sadr, dont la plupart sont des chiites soutenus par l’Iran, ont refusé de tenir compte de ses demandes, faisant craindre de nouveaux troubles et violences dans un Irak déchiré par le conflit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.