La démocratie s’est effondrée dans les pays africains autrefois gouvernés par la France

Au Sénégal, le président a tenté d'annuler les élections. Au Niger, un coup d'État militaire a renversé un président élu, qui reste emprisonné au palais présidentiel huit mois plus tard. Au Tchad, un dirigeant politique de l’opposition a été tué dans une fusillade avec les forces de sécurité. En Tunisie, seule réussite démocratique des soulèvements du Printemps arabe, le président conduit l’État vers une autocratie croissante.

La démocratie est Anciennes colonies françaises en difficulté En Afrique. Et les deux manières dont il est perturbé – par les élus qui le perpétuent ou par les coups d'État renversant les gouvernements – sont, selon certains experts, des manifestations de la même tragédie.

Après avoir obtenu leur indépendance de la France dans les années 1960, les nouveaux États ont calqué leur constitution sur celle de la France, concentrant le pouvoir entre les mains des présidents. La France entretenait un réseau de liens commerciaux et politiques avec ses anciennes colonies – un système connu sous le nom de Francafric – qui soutenait souvent des gouvernements corrompus. Ce sont là quelques-unes des raisons invoquées par les analystes pour expliquer la crise démocratique dans ces pays.

quand Les sondages montrent que la plupart des Africains préfèrent encore la démocratie aux autres formes de gouvernement. Le soutien à ce régime diminue en Afrique, tandis que le soutien au régime militaire augmente – Il a doublé depuis 2000. Selon Boniface Dulany, directeur d’études au cabinet de recherche non partisan Afrobarometer, ce changement se produit plus rapidement dans les anciennes colonies françaises que dans les anciennes colonies britanniques.

« Les gens sont déçus par la démocratie », a-t-il déclaré.

Le terrain est préparé pour une prise de pouvoir militaire. Huit des neuf coups d’État réussis en Afrique depuis 2020 ont eu lieu dans d’anciennes colonies françaises – la seule exception étant l’ancienne colonie britannique du Soudan. Les anciennes colonies françaises sont des « champions des complots » et des champions de « l'ordre constitutionnel » et des faux-semblants de démocratie, a déclaré Ndongo Samba Sylla, co-auteur d'un nouveau livre sur la France et ses anciennes colonies africaines.

« Les gens ordinaires sont contre votre ordre constitutionnel », a déclaré M. dit Sayla. « Nous appelons cela un ordre dictatorial. »

Aucun des neuf pays africains classés comme « libres » par Freedom House, un groupe pro-démocratie, n’est une ancienne colonie française. La moitié des 20 anciennes colonies françaises du continent ont reçu le pire classement du groupe : « pas libres ». Tous ont obtenu des scores inférieurs sur l'échelle de liberté de Freedom House en 2023 par rapport à 2019, à l'exception de Djibouti et du Maroc, qui ont récemment commencé à organiser des élections après des décennies de régime militaire.

READ  L'Algérie pleure plus de morts alors que les pompiers luttent contre les incendies de forêt

Le régime militaire est de retour, même si les dirigeants de la junte parlent le langage de la démocratie, se qualifiant de « gouvernements de transition », promettant des élections et nommant des ministres civils.

La Guinée, dirigée par l’armée depuis que les soldats ont pris d’assaut le palais présidentiel en 2021, devait organiser des élections en octobre. Mais en février, les militaires se sont réunis dans le même palais et ont publié un décret menaçant de retarder toute élection.

« Le gouvernement a été dissous », a annoncé un soldat, et 19 militaires et soldats armés se tenaient derrière lui en uniforme sur les marches recouvertes de tapis rouge du palais.

Le Sénégal a longtemps été considéré comme une exception à cette tendance antidémocratique, mais en février, le président Macky Sall a choqué le pays en reportant sine die les élections pour son successeur, trois semaines avant le début du scrutin.

Son administration a adopté des tactiques utilisées par d’autres pour rester au pouvoir dans toute l’Afrique francophone : couper Internet, interdire les manifestations, tuer des manifestants et emprisonner des politiciens de l’opposition.

La Cour constitutionnelle du Sénégal a reconduit les élections ce dimanche. M. Saal a libéré de prison deux dirigeants de l'opposition de premier plan, dont un candidat à la présidentielle.

Bien entendu, le recul démocratique ne se limite pas aux anciennes colonies françaises d’Afrique. depuis Amérique Du Brésil à la Hongrie en passant par le Venezuela, la démocratie a été confrontée à des défis dans de nombreux pays du monde. Les pays africains sans liens historiques avec la France ne font pas exception : les dirigeants du Rwanda, de l’Ouganda et du Zimbabwe, par exemple, ne sont pas en désaccord.

Mais ce que les anciennes colonies françaises ont en commun, c'est qu'elles sont fortement influencées par des structures politiques dotées de pouvoirs présidentiels très forts, que les institutions peinent à contrôler, a déclaré Gilles Olakounlé Yabi, fondateur et directeur général du groupe de réflexion des citoyens ouest-africains. .

« Cet héritage est toujours là », a-t-il déclaré.

Au Bénin, en 2021, le président Patrice Talon a été réélu après avoir modifié les règles électorales afin que seuls ses partisans puissent se présenter aux élections. Le président camerounais Paul Biya a 91 ans était au pouvoir Depuis 1982, après suppression des limites de mandats. Malgré les appels à une réforme électorale, la politique togolaise est contrôlée par une seule famille depuis 1963. En Côte d'Ivoire, l'actuel président, Alassane Ouattara, a remporté un troisième mandat controversé en 2020 avec 94 % des voix, les membres de l'opposition le qualifiant de « mauvaise élection ».

READ  Akbokuma du Nigeria en Bundesliga allemande et Belfot en Algérie

M. Yapi qualifie ce malaise de « présidentialisme excessif ». On a longtemps discuté Les pays devraient adopter des constitutions plus complètes pour renforcer les freins et contrepoids et maîtriser les dirigeants individuels.

Les pays non francophones souffrent également d'un « trop ​​de présidentialisme », estime M. » dit Yabi. Mais les anciennes colonies britanniques d’Afrique disposent de parlements et de systèmes judiciaires forts qui limitent les pouvoirs des présidents.

Le Sahel, région aride au sud du Sahara, a connu une succession de coups d’État. Il y a cinq ans, le Mali, le Niger et le Burkina Faso avaient tous des présidents qui réprimaient l'opposition, réduisaient au silence la presse ou tentaient de modifier la constitution. Ils sont désormais sous régime militaire.

De grands changements se sont produits en Afrique dans les années 1960, lorsque les pays ont obtenu leur indépendance de leurs dirigeants coloniaux, et de nouveau dans les années 1990 avec l’aube d’une démocratie multipartite suivie de décennies de régime à parti unique ou militaire.

La région se trouve à un autre « moment déterminant », a déclaré Ibrahim Yahaya Ibrahim, analyste à l'International Crisis Group qui se concentre sur le Sahel. Cette fois, il s’agit de savoir si la démocratie reviendra dans les pays dirigés par la junte, qui ont promis des élections en 2024. Quelques symptômes Les organiser.

De nombreuses personnes vivant sous régime militaire affirment que les élections ne sont pas une priorité. Les juntes ont gagné en popularité en critiquant la France, en chassant les soldats et les groupes de médias français et en étant de connivence avec la Russie – alors même que les citoyens peinent à joindre les deux bouts en raison des sanctions régionales imposées aux pays dirigés par la junte.

« C'est l'enfer », admet récemment Abdoulaye Cissé, livreur à moto à Bamako, la capitale malienne. Mais il a déclaré qu'il ne souhaitait pas d'élections car le gouvernement travaillait dur. « Nous devons essayer de les soutenir et leur donner du temps », a-t-il déclaré.

READ  Le site de demande de visa de la France expose les données personnelles de cyber-attaquants expérimentés

Pour Mamto Koné, agent de sécurité à Bamako, le régime militaire représente « la première tentative des dirigeants africains de se libérer complètement de l'oppression coloniale ». La hausse des prix et les pénuries alimentaires font partie du « grand prix à payer pour la liberté ».

L’influence de la France sur le continent a évolué et diminué au cours des dernières décennies, se concentrant plus récemment sur la lutte contre les djihadistes au Sahel. Mais l’idée selon laquelle c’est toujours elle qui tire les ficelles est réelle, disent les analystes, et elle oriente la politique dans toute l’Afrique francophone.

Certains présidents et organismes régionaux considérés comme des alliés de la France sont stigmatisés par des associations comme la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest ou la CEDEAO. Lors du coup d'État au Niger, la CEDEAO a menacé d'envahir ; Lorsque le Sénégal a annulé l’élection présidentielle, il s’est contenté de publier une déclaration l’encourageant à organiser les élections.

Le chef de la junte militaire du Burkina Faso, qui deviendra le plus jeune président du monde lorsqu'il prendra le pouvoir en 2022, a récemment déclaré que les présidents civils des pays de l'alliance de la CEDEAO étaient des conspirateurs comme lui.

« Il y a beaucoup de dirigeants dans la CEDEAO », capitaine Ibrahim Drare dit en décembre, portant un béret rouge et un camouflage du désert, était assis sur la chaise dorée autrefois occupée par son prédécesseur civil. « Ils n'ont jamais obéi à leurs propres règles. »

De nombreux Africains de l’Ouest sont d’accord et sont plus ouverts qu’avant aux putschistes de type militaire.

Au Mali, au Burkina Faso et au Niger, les juntes sont souvent considérées comme représentant le peuple et ses intérêts, tandis que les dirigeants élus sont considérés comme des pions occidentaux – et particulièrement français.

« On a le sentiment que la France s'immisce vraiment beaucoup dans la région, et nombre de ces dirigeants sont essentiellement les marionnettes de la France », a déclaré M. » dit Dulaney. « Une partie de ce désenchantement à l'égard de la démocratie vient du fait que les gens pensent que les gouvernements démocratiques servent davantage les intérêts de la France que les leurs. »

Mamadou Dabili Contribution de Bamako, Mali.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *