La France dit qu’aucun contrat n’a été signé pour produire un tir russe pour COVID-19

Écrit par Matthias Belmont et Caroline Belles

PARIS (Reuters) – Un porte-parole du ministre français de l’Industrie a déclaré mardi qu’aucune entreprise en France n’avait signé de contrat avec la Russie pour produire le vaccin Spoutnik V COVID-19, dans ce qui semble être un conflit avec le chef de la richesse souveraine de la Russie financer le RDIF.

“Nous n’avons pas identifié de site répondant à leurs exigences”, a déclaré le porte-parole interrogé sur un éventuel accord signé avec le RDIF.

“A notre connaissance, aucune entreprise en France n’a signé de contrat pour produire le vaccin de Spoutnik”, a-t-il déclaré.

Auparavant, le chef du fonds souverain russe RDIF a déclaré que son organisation avait conclu des accords avec des installations de production en Italie, en Espagne, en France et en Allemagne pour fabriquer la grenaille russe.

S’adressant à la chaîne officielle Russia 24, le chef du RDIF Kirill Dmitriev n’a fourni aucun détail.

Dmitriev s’exprimait après que le RDIF a signé un accord commercial avec la société pharmaceutique suisse Adienne pour produire le vaccin en Italie.

Un conseiller du président Emmanuel Macron a laissé la porte ouverte au partenariat entre la France et la Russie sur Spoutnik V.

“C’est l’un des sujets sur lesquels nous pouvons coopérer positivement”, a déclaré le consultant aux journalistes. “L’une des difficultés auxquelles Spoutnik est confronté est d’atteindre la capacité de production pour les quantités souhaitées.”

La chancelière a déclaré que le président russe Vladimir Poutine avait demandé l’aide de Macron l’automne dernier pour produire le vaccin. Macron a ensuite envoyé une mission scientifique en Russie pour étudier le vaccin et a cherché à aider Moscou à soumettre une demande au régulateur de l’Union européenne.

READ  Joueurs africains en Europe: Salah avec 28 buts, enflammant la résistance; Kelishi et Casey maintiennent leur humeur de but - Afrique - Sports

L’Agence européenne des médicaments (EMA) n’a pas encore approuvé Spoutnik V, mais a commencé à examiner le tir pour une approbation potentielle.

Le vaccin a été approuvé ou est en cours d’évaluation pour approbation dans trois États membres de l’Union européenne: la Hongrie, la Slovaquie et la République tchèque.

L’accord entre l’Italie et la Russie, qui devra être approuvé par les régulateurs italiens avant le début de la production, a été confirmé à la fois par le RDIF et la Chambre de commerce italo-russe.

C’est la dernière preuve que certaines entreprises de l’UE ne sont pas disposées à attendre l’approbation de l’EMA pour Spoutnik V avant d’aller de l’avant avec leurs propres plans.

Les scientifiques ont déclaré que le vaccin russe était efficace à environ 92%, sur la base des résultats d’essais récents publiés dans la revue médicale The Lancet le mois dernier.

(Reportage co-reportage par Matthias Belmont; Caroline Biles et Michelle Rose; Co-reportage par Polina Nikolskaya et Gabriel Teatro Farber; Édité par Bill Berkrot)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *