La France dit que les négociations nucléaires avec l’Iran devraient reprendre là où elles s’étaient arrêtées

PARIS, 9 novembre (Reuters) – Le ministre français des Affaires étrangères a déclaré mardi que les discussions avec les puissances mondiales pour relancer l’accord nucléaire fin novembre devraient se poursuivre là où elles s’étaient arrêtées en juin.

Les commentaires suggèrent que la rhétorique publique iranienne suscite une inquiétude croissante avant la reprise des pourparlers indirects entre l’Iran et les États-Unis à Vienne le 29 novembre.

Lundi, Téhéran a de nouveau exigé la levée de toutes les sanctions américaines depuis que le président de l’époque, Donald Trump, a abandonné l’accord de 2015 entre l’Iran et les grandes puissances. Lire la suite

Dans un appel au ministre iranien des Affaires étrangères Hossain Amir Tollahian, le Français Jean-Yves Le Trian a souligné l’importance et l’urgence de reprendre « les pourparlers interrompus par l’Iran le 20 juin ».

En vertu de l’accord, l’Iran a accepté de limiter son programme nucléaire en échange de la levée des sanctions de l’ONU sur son économie.

Depuis le retrait de Trump de l’accord en 2018, l’Iran a répondu aux sanctions américaines pour avoir violé les limites recommandées sur l’enrichissement d’uranium utilisé pour fabriquer du carburant pour les armes nucléaires. L’Iran dit que son plan est complètement pacifique.

Le principal négociateur nucléaire iranien, Ali Bakery Gani, était à Paris mardi dans le cadre d’une tournée des accords des trois parties européennes, les capitales de la France, de la Grande-Bretagne et de l’Allemagne.

Les médias d’État iraniens ont cité le ministre iranien mardi après qu’Amirodollahian s’est entretenu avec le ministre allemand des Affaires étrangères, Haiko Masi, affirmant « une profonde méfiance » à l’égard du retrait américain et du manquement des Européens à leurs obligations.

READ  L'Algérie accuse le Maroc d'essayer de détourner l'attention de ses échecs et échecs internes - Anthony Bellanger

Rapport de John Irish et Barisa Hafeez ; Montage par Benoit von Overstradon et Kevin Liffey

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *