La France émet un mandat d’arrêt contre l’homme d’affaires en disgrâce Carlos Ghosn

Les procureurs français ont émis un mandat d’arrêt international contre Carlos Ghosn, l’ancien patron de Nissan et de Renault, qui a été libéré sous caution au Japon et s’est enfui au Liban pour des vacances passionnantes.

La note a été émise dans le cadre de paiements suspects d’une valeur de 15 millions d’euros entre l’alliance Renault-Nissan autrefois dirigée par Ghosn et le concessionnaire automobile omanais Suhail Bahwan Automobiles (SBA).

Ghosn, l’ancien patron de Nissan et chef d’une alliance entre Renault, Nissan et Mitsubishi Motors, a été arrêté au Japon en novembre 2018, soupçonné d’avoir inconduite financièreavec son assistant en chef, Greg Kelly.

Tous deux ont nié tout acte répréhensible.

Le Wall Street Journal (WSJ) a d’abord rapporté la nouvelle du mémo.

Cependant, Ghosn ne peut pas être extradé vers la France depuis le Liban.

L’un de ses avocats, Jean Tamalt, a déclaré que le mandat d’arrêt français était « extrêmement surprenant car le juge d’instruction et le procureur de la République de Nanterre savent très bien que Carlos Ghosn, qui coopère toujours avec la justice, fait l’objet d’une interdiction judiciaire de quitter le territoire libanais ». . »

Interrogé sur le mandat d’arrêt, le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a déclaré : « Je ne dirai pas un mot, c’est une affaire judiciaire ».

En décembre 2019 en attendant son procès, Ghosn organise un attentat escapade sexyintroduits en contrebande depuis le Japon dans une boîte d’équipement audio à bord d’un avion privé.

Rameau Il est titulaire de passeports français, libanais et brésilien. Et il est arrivé à Beyrouth, qui n’a pas d’accord d’extradition avec le Japon.

READ  Alex Ayala peine à sortir du premier tour de l'Open de Miami

Il a dit qu’il s’était enfui parce qu’il ne croyait pas qu’il obtiendrait un procès équitable au Japon, où les procureurs ont un taux de condamnation d’environ 99 % dans les affaires qui sont jugées.

Il a également déclaré que Nissan était de connivence avec les procureurs pour l’arrêter parce qu’il voulait approfondir l’alliance de la société japonaise avec Renault.

Les procureurs français enquêtent sur les allégations de détournement de fonds chez Renault depuis 2019.

Ils regardent aussi Dépenses pour des fêtes somptueuses Il a été érigé sur le terrain du château de Versailles.

(avec AFP)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.