La France et le Danemark fixent les conditions de la reconnaissance de la Palestine au « moment utile »

Le Danemark exige des conditions pour la reconnaissance de la Palestine alors que le génocide se poursuit.

  • Le Danemark ne peut pas tolérer le refus de la France de créer un État palestinien
    Le président français Emmanuel Macron accueille la Première ministre danoise Mette Frederiksen à la table ronde du sommet de l’Union européenne à Bruxelles le 21 mars 2024. (PA)

Après que l’Irlande, l’Espagne et la Norvège ont officiellement reconnu la Palestine mardi, le Danemark et la France ne reconnaîtront pas d’État palestinien, chacun invoquant des raisons différentes.

A Copenhague, le parlement a rejeté une proposition visant à reconnaître un Etat palestinien, soutenant l’opinion du gouvernement selon laquelle les « conditions nécessaires » pour une telle décision n’existaient pas. Pour la majorité des législateurs danois, la reconnaissance d’un État palestinien exige que les Palestiniens aient une autorité fonctionnelle ou un contrôle sur leur territoire.

Paradoxalement, le gouvernement danois a condamné à plusieurs reprises l’opposition du peuple palestinien visant à se retrancher dans les deux demandes de reconnaissance danoises. De plus, malgré toutes les tentatives de l’occupation israélienne pour détruire les institutions et activités gouvernementales et civiles dans la bande de Gaza assiégée, la résistance palestinienne dirigée par le Hamas a réussi à assumer ses responsabilités dans la bande de Gaza, un exploit que font les pays européens. Ignorez-le définitivement.

Le projet de loi visant à reconnaître un État palestinien a été proposé par quatre partis de gauche, dont The Alternative, dont le représentant au Parlement, Saska Fax, a déclaré que la reconnaissance d’un État palestinien était le seul moyen de parvenir à une « paix durable » au Moyen-Orient.

Lire la suite : L’Université de Copenhague cesse d’investir dans des entreprises israéliennes en BM

Le « moment utile » n’est pas encore venu

Quant à la France, le président Emmanuel Macron a déclaré qu’il « ne ferait pas de reconnaissance émotionnelle », ajoutant que son gouvernement souhaitait reconnaître la Palestine « à un moment utile ».

READ  Les Algériens font la queue pour cuisiner des bouteilles d'huile avant le Ramadan

Malgré les attaques israéliennes contre le peuple palestinien et les violations flagrantes du droit international par l’occupation israélienne, Macron et ses prédécesseurs n’ont jamais été « absolument prêts » à reconnaître un État palestinien.

« La France n’a aucune réserve et je suis absolument prêt à reconnaître l’Etat palestinien… Je pense que cette reconnaissance devrait intervenir à un moment opportun », a déclaré Macron lors d’une conférence de presse conjointe en Allemagne avec le chancelier allemand Olaf Scholz.

Dans le même temps, Macron a condamné les actions israéliennes à Rafah, les qualifiant d’« horribles » et affirmant qu’elles « doivent cesser ».

Pourtant, le gouvernement français n’a pris aucune mesure concrète pour soutenir les droits des Palestiniens ni pour excuser le régime israélien pour ses violations flagrantes et son mépris du droit international.

Lire la suite : Macron et les ministres des Affaires étrangères des principaux pays arabes rencontreront Gaza

La situation européenne est instable alors que le soutien à la Palestine augmente

Mardi, l’Irlande, l’Espagne et la Norvège ont officiellement reconnu la Palestine, ouvrant la voie à d’autres pays européens pour leur emboîter le pas. Cependant, certains États et autorités européennes sont profondément complices des crimes israéliens, fournissant un soutien politique, militaire et financier pour commettre des crimes contre l’occupation contre les Palestiniens.

L’une de ces responsables est Ursula Von Der Leyen, présidente de la Commission européenne, qui fait partie des principaux responsables accusés d’avoir aidé et encouragé le génocide du peuple palestinien.

Le débat a principalement tourné autour de la suspension de l’accord de l’Union européenne avec le régime israélien, qui offre des conditions commerciales favorables aux deux parties dans les transactions bilatérales.

READ  Carlos Gonzalez : la France émet un mandat d'arrêt international

Van der Leyen a fermement défendu l’accord d’association, même si « Israël » en a clairement violé les termes, en particulier les clauses traitant du droit international et des droits de l’homme.

Malgré des preuves évidentes de violations commises par les dirigeants européens, le soutien à « Israël » a été plus évident lors de la réunion des ministres de l’UE de lundi, où malgré des discussions « significatives » sur la sanction du régime israélien, les divisions sur la dissuasion ont conduit à l’inaction sur la question. .

Jusqu’à ce que les dirigeants européens remplissent leurs obligations morales, la résistance palestinienne continue de défendre le peuple palestinien, huit mois après le génocide.

A lire aussi : L’UE réexamine les sanctions contre « Israël » après 235 jours de génocide

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *