La France exploite un centre de crise de surveillance nucléaire après l’incendie d’une centrale nucléaire en Ukraine

Le 15 février 2022, la ministre française du changement environnemental Barbara Pompey est sortie après une réunion hebdomadaire du cabinet à l’Elysée à Paris, en France. REUTERS / Benoît Tessier

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à Reuters.com

PARIS, 4 mars (Reuters) – La France a activé son Centre de surveillance nucléaire de l’ASN pour suivre l’évolution de l’incendie de la centrale nucléaire de Zaporijia en Ukraine, en utilisant l’expertise du pays en matière de rayonnement nucléaire dans un contexte de combats intenses autour de la centrale.

Les autorités locales affirment que les forces russes ont saisi la plus grande centrale nucléaire d’Europe après qu’un bâtiment sur le campus a pris feu lors d’un combat avec des gardes ukrainiens.

Les craintes d’une catastrophe nucléaire à l’usine de Zaporizhzhia se sont répandues dans les capitales du monde avant que les responsables n’affirment que l’incendie avait été éteint dans un bâtiment identifié comme un centre de formation. Lire la suite

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à Reuters.com

La ministre française de l’Énergie, Barbara Pompéi, a déclaré qu’aucun changement dans les niveaux de rayonnement n’avait été signalé. « C’est prometteur », a-t-il déclaré à Francesfo Radio. « Mais ces installations très importantes doivent être protégées. »

Le centre d’urgence, composé de 15 membres, a déclaré n’avoir encore reçu aucune information du chien de garde de l’ASN, actuellement en mode surveillance, de l’Agence ukrainienne de défense ou de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) basée à Vienne.

« Nous n’avons aucune information indiquant qu’un organisme qui contribue à la sûreté de la centrale ait été touché par l’attaque », a déclaré à Reuters la directrice générale adjointe de l’ASN, Anne-Cécile Rigail.

READ  Treize suspects arrêtés en France pour avoir falsifié plus de 60 000 faux laissez-passer COVID

L’IRSN Atomic Energy, le bras technique de l’ASN, a déclaré avoir contacté l’agence de sécurité ukrainienne vendredi matin et assuré aux Français qu’il n’y aurait pas de coupures d’alimentation des réacteurs.

« Nous avons confirmé qu’il n’y a pas de perte d’alimentation électrique sur le site, donc tous les réacteurs sont correctement alimentés », a déclaré à Reuters Karine Herviou, directrice générale adjointe de l’IRSN.

« Même si nous perdons toutes les ressources pour fournir de l’énergie externe, il y a quatre groupes électrogènes de secours dans chaque réacteur et ils ont suffisamment de carburant sur place pour durer au moins une semaine, même sans ravitaillement », a-t-il déclaré.

L’IRSN dispose d’environ 440 capteurs nucléaires répartis sur l’ensemble du territoire français.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Déclaration supplémentaire de Sudeep Kar-Gupta ; Écrit par Michael Rose; Montage par Mark Heinrich et Edmund Blair

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.