La France fabrique la fine torche olympique des Jeux olympiques de Paris 2024 en acier brut nouvelles sportives

VIER (France) : Il suffit de quatre voitures provenant d’une casse – ou de l’acier d’une cinquantaine de machines à laver – pour fabriquer les 2 000 brûleurs nécessaires aux Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, mais le processus nécessite une expertise particulière.

L’entreprise de fabrication ArcelorMittal, partenaire officiel de Paris 2024, a fait fondre six tonnes d’acier, avant de le façonner en tôles de 0,7 mm de diamètre qui ont été expédiées à l’usine normande de l’entreprise française d’argenterie et d’art de la table Guy Degrin.

Là, elles sont découpées au laser, soudées et assemblées par quelques dizaines d’ouvriers qui livrent les torches fin janvier, marquant la fin d’un processus de neuf mois.

« C’est un peu mon bébé, notre bébé », a déclaré Delphine Moulin, directrice des célébrations de Paris 2024, au milieu des bruits de métal coupé, plié, poli et parsemé de minuscules particules d’acier.

Le résultat est une flamme élancée au fini ondulé représentant la Méditerranée et les océans qui a porté la flamme olympique depuis la Grèce et la portera jusqu’aux territoires français d’outre-mer.

« Nous voulions que ce soit unique », a ajouté Mullan. « Vous pouvez voir que c’est différent de la façon dont la torche olympique brille habituellement. »

La torche, qui mesure 70 cm de haut et pèse 1,5 kg, est résistante à l’eau et au vent, ayant été conçue pour qu’elle puisse résister à des vents soutenus de 20 km/h et des rafales de 60 km/h.

« Il a également subi des tests de collision et a résisté à une chute de trois mètres », a déclaré Frank Wasilewski, chef de projet chez ArcelorMittal.

READ  L'Afrique fera participer tous les entraîneurs locaux à la Coupe du monde

« Il faut beaucoup d’attention aux détails, d’abord pour fabriquer l’acier parfait », a déclaré Eric Niedziella, président d’ArcelorMittal France. « On n’utilise pas le même type d’acier pour fabriquer les barres et pour fabriquer cette torche. »

« C’est aussi une fierté pour nous que ce produit français soit fabriqué avec nos partenaires (Guy Degrin), leur savoir-faire est unique. »

Environ 1 500 torches seront utilisées lors du relais olympique, tandis que les 500 autres iront au relais paralympique.

Il y aura 11 000 relayeurs pour porter la flamme jusqu’à sa destination finale à Paris, ce qui signifie qu’un même flambeau sera porté par environ 10 personnes différentes.

« C’est une option durable », a déclaré Mullan.

Les responsables de Paris 2024 et d’ArcelorMittal sont restés silencieux sur le budget de fabrication des brûleurs et ont refusé de fournir une estimation du coût total.

Les Jeux se dérouleront du 26 juillet au 11 août, tandis que les Jeux paralympiques se dérouleront du 28 août au 8 septembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *