La France ne considère plus le relèvement de l’âge de la retraite à 65 ans comme une « priorité »

La nouvelle Première ministre Elizabeth Bourne a déclaré que la réforme des retraites, une promesse clé de la campagne présidentielle du président Emmanuel Macron, n’était plus une priorité absolue pour le gouvernement.

M. Macron a déclaré à plusieurs reprises qu’il prévoyait de relever l’âge de la retraite en France de 62 à 65 ans et que ce serait l’un des seuls moyens de s’attaquer au déficit des retraites.

Lire la suite : Retraite à 65 ans (et non 62) et 1 100 mensualités de rente : les projets de Macron

Cependant, il a reconnu que leur nombre n’était pas suffisant pour vaincre le nouveau gouvernement de Loukachenko et que le ministre du Travail Olivier Dussopt donnerait plutôt la priorité à « la consultation et le dialogue » sur la question.

M. Macron a déclaré qu’il avait promis de « relever progressivement l’âge légal de la retraite à 65 ans » et d’envisager de mettre fin aux programmes spéciaux de spécialisation de la SNCF pour les nouveaux travailleurs (EDF, RATP…) comme nous l’avons fait.

Il a déclaré vouloir porter l’âge minimum de la retraite à « quatre mois chaque année » pour atteindre 64 ans d’ici 2027-2028.

Néanmoins, le président a promis de « considérer les cas tels que l’invalidité, le travail long ou pénible de manière équitable » et de « prévenir la fatigue professionnelle et lutter contre le chômage des seniors ».

Il a ajouté : « Je poursuivrai les discussions sur un plan global simple pour les générations futures ».

Cependant, l’examen de l’OMS a été suspendu en mars 2020 parce que le gouvernement – sous le Premier ministre de l’époque, Edward Philippe – s’est concentré sur la gestion de l’épidémie de Govt-19.

READ  l'Egypte dans les éliminatoires de la Coupe du monde africaine ; Gabon, Algérie gagnent

Et dans une interview Le journal du dimancheMme Borne a déclaré que le gouvernement devrait « travailler progressivement sur une période légèrement plus longue » dans le but de « protéger le système de retraite qui vous paie lorsque vous partez ».

Mais, comme Le Monde l’a dit plus tard, la limite d’âge de 65 ans n’est plus une priorité absolue, a-t-il ajouté. L’interview est intervenue après que Mme Borne a rencontré plusieurs dirigeants syndicaux lors de réunions à la Maison du Premier ministre à Matignon.

Frédéric Sève, secrétaire national aux retraites de la Confédération française démocratique du travail (CFDT) Dossier Familial dit: « Il s’agit d’un échange d’idées. Elizabeth Bourne a rappelé les priorités de l’action gouvernementale : pouvoir d’achat, santé et changement environnemental. »

Avant sa nomination au poste de Premier ministre, Mme Bourne était ministre du Travail depuis juillet 2020.

Le nouveau ministre du Travail, M. Dassoft, suit de près les projets de réforme. Dans Entretien avec RTLIl a ajouté: « Nous devons d’abord commencer par la consultation et le dialogue », et a estimé que les pourparlers ne commenceraient qu' »en septembre ou octobre ».

Néanmoins, un décret présidentiel stipule qu’une partie du mandat de M. Tussauds au sein du ministère consiste à « préparer et travailler avec d’autres ministres concernés sur la réforme des retraites ».

A cet effet, a-t-il dit, « la réforme a déjà été votée » et ce changement de priorité n’est qu’un « report » déjà prévu dans le projet de loi actuel.

Cette priorité a été modifiée avant les élections législatives des 12 et 19 juin.

Lire la suite: Le parti de Macron domine alors que les citoyens français vivant à l’étranger votent pour les députés

READ  Séisme de magnitude 3,2 à 15 km à l'ouest de Poitiers, France

Articles Liés

Le ministre du Travail déclare que les retraites françaises seront liées à l’inflation en juillet

L’étude montre que l’aide complémentaire à la retraite en France n’est pas sollicitée par 50% de la population

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.