La France peut être « fière » du fondateur controversé des Jeux Olympiques : le président du Comité international olympique

Le président du Comité international olympique Thomas Bach (Attila Kespendyk)

Le chef du Comité international olympique a exhorté dimanche la France à être « fière » de l’aristocrate né à Paris qui a fondé les Jeux olympiques modernes malgré les critiques sur ses opinions sur les femmes et le colonialisme.

Pierre de Coubertin a fait revivre l’ancienne tradition grecque des Jeux à la fin du XIXe siècle, avec la création du Comité International Olympique exactement 130 ans plus tôt.

Mais les ultra-conservateurs ont été peu médiatisés dans la préparation des Jeux olympiques de Paris 2024, qui débuteront le mois prochain, ce qui a suscité des plaintes de la famille de Coubertin.

« Les Jeux Olympiques et le système sportif qu’ils ont créé ont résisté à l’épreuve du temps », a déclaré dimanche le président du Comité international olympique, Thomas Bach, lors d’un auditoire à l’Université de la Sorbonne à Paris.

« C’est pourquoi la France peut être fière de Coubertin et de son héritage », a ajouté Bach.

Bach assistait à une cérémonie en l’honneur de Coubertin et à un concert à l’occasion du 130e anniversaire d’un discours qu’il avait prononcé à l’université à l’occasion de la création du Comité international olympique.

Ni le ministre français des Sports ni la maire de Paris n’étaient présents.

Salué pour son dévouement à utiliser le sport pour promouvoir la paix et la coopération internationale, l’écrivain et intellectuel prolifique est considéré par les critiques comme sexiste, classiste et ayant des opinions racistes sur la civilisation européenne.

Mais Bach a exhorté les observateurs à juger de Coubertin selon les valeurs de son temps, le décrivant comme un « militant pour la paix » qui a défié la marée montante du nationalisme dans l’Europe de son époque.

READ  L'Espagne est convaincue que l'Algérie honorera les contrats de fourniture de gaz malgré la querelle diplomatique

« Chaque être humain a le droit d’être jugé uniquement et uniquement dans le contexte de son époque », a déclaré Bach. «J’aimerais que notre fondateur visionnaire soit jugé de la même manière.»

Le nom de De Coubertin est rarement vérifié par les organisateurs de Paris 2024, et il n’apparaît pas non plus en bonne place dans les récits officiels autour des Jeux, qui débutent le 26 juillet.

« Paris 2024 n’a pas fait grand-chose à propos de Pierre de Coubertin, ni pour montrer sa reconnaissance, ni pour sensibiliser l’opinion », a récemment déclaré à l’AFP sa nièce Diane de Navassel, porte-parole de la famille.

-Gratitude-

Tony Estangier, organisateur en chef des Jeux de Paris, a salué « l’audace et le courage » de de Coubertin dans la relance des Jeux dans son discours à la Sorbonne, en présence également de la princesse Charlène de Monaco.

Il s’est engagé : « En France, plus que partout ailleurs, nous savons ce que nous devons à Pierre de Coubertin. Nous en sommes fiers et nous ne l’oublierons pas. »

Il a ajouté que « la société a changé » depuis les premiers Jeux olympiques organisés par de Coubertin dans les années 1890, ajoutant que « le chemin vers le progrès et l’égalité est un long chemin et nous devons continuer à avancer sur ce chemin ».

La décision de De Coubertin de rendre hommage aux jeux notoires organisés par les nazis en 1936, utilisés par Adolf Hitler, a également été soulignée par les critiques contemporains.

Mais il n’y était pas présent en personne et n’était plus président du Comité international olympique à cette époque, confirme sa famille.

READ  Niko Gioacchini quitte St. Louis City SC de Kansas City à Saint-Louis, via la France et l'Italie

« A une époque de nationalisme et de tensions, il était convaincu que le sport pouvait rassembler et encourager la coopération », a déclaré dimanche Alexandra de Navassel de Coubertin, présidente de l’association familiale.

Le président du Comité international olympique, Bach, a également dévoilé dimanche à Paris une statue olympique, une statue en bronze plus grande que nature représentant une femme noire entourée de chaises provenant de six continents, la décrivant comme un hommage à « la beauté de la diversité de l’humanité ».

L’artiste Alison Saar, basée à Los Angeles, a déclaré avoir choisi une femme afro-américaine « pour briser la norme masculine blanche que représentent la plupart des monuments et des sculptures ».

Bach a refusé de dire si la statue envoyait un message politique, quelques semaines avant des élections législatives anticipées au cours desquelles le parti d’extrême droite et anti-immigration du Rassemblement national espère remporter la majorité.

« Je ne suis pas citoyen français. Je n’ai pas le droit de voter », a-t-il déclaré, refusant de répondre à d’autres questions.

ADP/DG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *