La Grèce étudie la Crète et la mer Ionienne pour des réserves potentielles de gaz naturel

[Shutterstock]

Le Premier ministre, Kyriakos Mitsotakis, a confirmé mercredi que la Grèce reprendrait le programme d’enquête pour les zones à l’ouest et au sud-ouest de la Crète et de la mer Ionienne dans les régions occidentales, dans le cadre de sa volonté de se désengager du gaz naturel russe.

Notre intérêt reviendra aux gisements de gaz domestiques potentiels à l’ouest et au sud de la Crète et dans la mer Ionienne. Il a déclaré aux législateurs lors de la présentation du projet de loi du ministère des Finances, lors de la présentation d’un plan gouvernemental de diversification du mix énergétique du pays, que nous devons avant tout connaître les réserves potentielles qui existent et si elles sont économiquement viables.

Il a déclaré que le plan comprend la promotion des sources d’énergie renouvelables locales, l’exploration de tous les gisements de gaz et l’interconnexion convenue avec d’autres pays, comme celle lancée avec l’Égypte.

Il a ajouté que ces piliers « constituent la colonne vertébrale du futur mix énergétique national ».

Des annonces spécifiques seront publiées la semaine prochaine.

La Grèce importe environ 40% de son gaz de Russie et a également des contrats avec l’Azerbaïdjan et l’Algérie. Il ne produit pas de gaz lui-même et tout effort d’exploration de gaz et de pétrole sur son territoire a été interrompu ces dernières années en raison des bas prix du pétrole.

READ  Le ministère brésilien de l'Économie Eletrobras sera privatisé d'ici janvier 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.