La Ligue arabe envisage la réintégration de la Syrie : rapport

Un responsable de la Ligue arabe a déclaré qu’il y avait eu des discussions « à huis clos » sur la réintégration de la Syrie dans la Ligue arabe après plus d’une décennie de boycott.

Les dirigeants arabes tentent de réintégrer la Syrie dans la Ligue arabe, tout en poursuivant la normalisation avec le régime brutal dirigé par le dictateur Bachar al-Assad.

En novembre 2011, la Syrie a été suspendue de la Ligue arabe et sanctionnée pour sa répression violente des manifestations, entraînant de multiples massacres au cours des années suivantes.

Cette décision a été saluée par les militants anti-régime, mais certains diplomates régionaux ont ensuite déploré.

Il apparaît désormais que le retour du régime syrien dans le giron arabe peut être salué.

« Cela prendra du temps et pourrait ne pas arriver à temps pour le sommet algérien de mars », a-t-il déclaré. [2022]Un responsable de la Ligue arabe basée au Caire a déclaré à des médias aux Émirats arabes unis le National.

Pour l’instant, a déclaré le responsable, l’idée de la réadmission de la Syrie dans la Ligue arabe n’est traitée qu' »à huis clos », certains membres souhaitant un accord politique entre le régime d’Assad et les groupes d’opposition avant de débloquer l’adhésion de Damas. .

Le responsable a expliqué que « neuf ministres arabes des Affaires étrangères nous ont dit qu’ils estimaient que l’absence de la Syrie avait nui aux efforts arabes communs et que la Syrie devrait revenir le plus tôt possible ».

La décision de suspendre l’adhésion de la Syrie [in 2011] Il a été hâtif et a contribué à la complexité de la situation en Syrie. »

READ  Enquête: les économistes d'entreprise s'attendent à la meilleure croissance en 37 ans

Plusieurs pays arabes, dont la Jordanie et les Émirats arabes unis, ont pris des mesures pour normaliser leurs relations avec le régime d’Assad ces derniers mois et années.

Selon des sources diplomatiques égyptiennes Les nouveaux Arabes service en langue arabe Al-Araby Al-Jadeed Le Caire est en contact avec Damas et a progressé vers la réintégration de la Syrie dans la Ligue grâce à des discussions avec d’autres États arabes.

L’Egypte s’est engagée à œuvrer pour le retour de la Syrie dans la Ligue arabe à l’issue d’une rencontre entre le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry et le ministre syrien des Affaires étrangères Faisal Miqdad fin septembre, en marge des réunions de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York. Il s’agissait de la première rencontre entre le ministre des Affaires étrangères de l’Égypte et de la Syrie en 10 ans.

Les Émirats arabes unis ont rouvert leur ambassade à Damas en décembre 2018, mais ont mis en œuvre des plans pour renforcer l’establishment économique cette année. Et plus tôt ce mois-ci, le régime d’Assad a annoncé qu’il avait signé un contrat avec un groupe d’entreprises émiraties pour la construction d’une centrale solaire dans la banlieue de Damas.

En septembre, la Jordanie a complètement rouvert son principal poste frontalier avec la Syrie pour relancer son économie chancelante.

En octobre, le roi de Jordanie Abdallah II a reçu un appel téléphonique d’Assad, la première conversation entre les deux dirigeants depuis une décennie.

Quelques jours après l’appel téléphonique, le chef du renseignement jordanien, Ahmed Hosni Hatugai, a déclaré que les relations de son pays avec la Syrie continuaient de progresser, malgré les défis auxquels les deux parties sont encore confrontées.

READ  Croyez au Michigan : soutien aux petites entreprises

Plus tôt ce mois-ci, l’Algérie, qui soutient le retour de la Syrie dans la Ligue arabe, a annoncé qu’elle accueillerait le sommet arabe en mars 2022.

« Lorsque nous organisons un sommet arabe, ce doit être un sommet uni, et la Syrie doit être présente », a déclaré la semaine dernière le président algérien Abdelmadjid Tebboune.

Ramtane Lamamra, ministre algérien des Affaires étrangères, a déclaré que la question syrienne serait en tête de l’ordre du jour de la réunion, ajoutant que l’Algérie était d’accord avec d’autres pays arabes qui soutiennent le retour de Damas dans le bloc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.