La Ligue des États arabes est prête à faciliter le dialogue entre les opposants libanais

Jeudi, le secrétaire général de la Ligue des États arabes, Ahmed Aboul Gheit, a affirmé que le lancement de la reprise économique au Liban dépendait de la résolution de l’impasse politique dans le pays.

Il a déclaré lors d’un forum économique à Beyrouth que la Ligue arabe est prête à faciliter le dialogue entre les parties libanaises à cette fin.

Il a averti que l’absence de dialogue et le fait de s’accrocher à des positions inébranlables pour attendre le temps n’est pas une stratégie viable pour sortir de l’impasse actuelle.

Des réformes sont nécessaires pour aider le Liban à sortir de sa crise. Aboul Gheit a ajouté : « Les réformes ne sont plus une option, mais un besoin urgent qui ne peut plus être reporté.

Il a évoqué la détérioration des crises alimentaires et énergétiques mondiales, qui ont exacerbé la situation au Liban.

Il a noté qu’ils devraient être des incitations à mener des réformes immédiatement.

Les réformes devraient inclure le système financier et bancaire et la restructuration de la dette publique. Il a ajouté que cela, à son tour, rétablirait la confiance dans le système bancaire, protégerait les droits des déposants et arrêterait l’effondrement de la livre libanaise.

Il a appelé à achever les négociations avec le Fonds monétaire international pour parvenir à un accord final qui mettrait le Liban sur la voie de la reprise économique et ouvrirait la voie à davantage d’aide internationale.

Aboul Gheit a déclaré que cela contribuera à restaurer la confiance des investisseurs et des supporters régionaux et internationaux.

Il a averti que la situation économique et sociale au Liban ne tolère pas un long vide à la présidence.

READ  Association avec les systèmes politiques hôtes

Il a souligné que le Liban avait déjà connu un vide prolongé, mais que la situation économique était différente à l’époque.

Les politiciens libanais ont fait face au vide en adoptant des politiques innovantes. Il a souligné que la crise actuelle est sans précédent et ne peut pas durer indéfiniment.

Un nouveau président devrait être élu dès que possible. Il a souligné la nécessité pour le président de représenter tous les Libanais de toutes les affiliations politiques et partisanes, et d’aider à unir le pays et à rétablir la confiance en lui.

Il a appelé les dirigeants politiques libanais à prendre conscience de la gravité de la situation, qui est exacerbée par l’instabilité dans le monde.

Il a souligné que les crises mondiales doivent pousser les parties à surmonter et contenir toutes les divisions et donner la priorité à l’intérêt du Liban avant toute considération.

S’exprimant lors du même forum, le Premier ministre par intérim Najib Mikati a déclaré que des réformes radicales restent essentielles pour sauver l’économie en difficulté, malgré un retour à une croissance modeste cette année.

Mikati a déclaré que l’économie avait augmenté d’environ 2% en 2022 après deux années consécutives de grave récession qui ont vu le produit intérieur brut chuter de 25,9% en 2020 et de 10,5% en 2021, selon les chiffres de la Banque mondiale.

Il a déclaré que l’augmentation des revenus du tourisme et l’augmentation des envois de fonds des résidents libanais à l’étranger étaient parmi les facteurs à l’origine de la croissance modeste.

Il a déclaré que le pays était désormais « à la croisée des chemins – cela marquera soit le début de la reprise économique que nous avions espérée, soit un sombre déclin ».

READ  Les pays de l'Union européenne s'entendent sur douze plans de relance épidémique

Mikati dirige un gouvernement intérimaire depuis qu’une élection générale en mai n’a pas réussi à obtenir la majorité pour l’un ou l’autre des deux blocs de pouvoir rivaux du Liban.

L’impasse politique s’est aggravée depuis fin octobre dernier, lorsque le mandat de l’ancien président Michel Aoun s’est terminé sans accord sur un successeur.

En tant que chef par intérim, Mikati a des pouvoirs limités et ne peut pas mettre en œuvre les réformes radicales que les prêteurs internationaux ont exigées en échange du déblocage de milliards de dollars en prêts de sauvetage.

« Si un nouveau président est élu rapidement et qu’un nouveau gouvernement est formé, engagé dans de véritables réformes (…), le pays commencera à se redresser », a déclaré Mikati lors d’un forum d’affaires.

« Sinon, Dieu nous en préserve, la récession économique ne fera qu’empirer », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.