La mission olympique de Valentin Hoinatou en tant que journaliste à Radio France et judoka béninois

Il y a des journalistes qui cherchent des angles pour couvrir les Jeux de Paris 2024, mais Valentin Hoinato n’en fait pas partie. Depuis septembre 2023, un correspondant de Radio France a trouvé ce sujet à suivre pour cet événement : lui-même. Chaque semaine ou presque sur France Inter, il partage ses difficiles préparations dans l’espoir d’une qualification aux JO. Chaque partie propose un voyage de trois minutes dans l’âme d’un judoka tourmenté par le défi de sa vie.

Le jeune homme de 27 ans, dont le sourire est plus ferme que son moral, s’exprime librement et avec assurance. Que ce soit dans sa chronique quotidienne – intitulée « La Prépa » – ou sur le tapis de judo, Hoinato parle sans détour de son ressenti, de son état d’esprit, et de l’Afrique, son autre continent. En effet, Val ou Vallo, comme on l’appelle, a grandi en Seine-et-Marne à l’est de Paris, pays de sa mère et de son lieu de naissance. Cependant, depuis 2022, il a choisi de concourir dans la catégorie des -81kg pour le pays de son père, le Bénin. Pour lui, l’équipe de France était hors de portée. «Je pense que je me suis classé 15èmeoui En France, mais en sélection [for the Olympics] Il a expliqué qu’ils occupent les cinq premières places.

« Je suis toujours surfait »

Pour Hoinato, le Bénin est un souvenir des vacances d’été de son enfance. Son lieu de naissance est la Vendée, où vivent ses grands-parents bien-aimés. Être bisexuel lui donne une opportunité improbable de réaliser son rêve ultime. « J’étais dans les tribunes aux Jeux olympiques de Londres en 2012 et j’étais tellement heureux », se souvient-il. « Pour moi, l’objectif était avant tout d’organiser les Jeux. Si le Luxembourg m’avait proposé quelque chose, j’y serais allé aussi. Je ne pense qu’à Paris, à la cérémonie d’ouverture et à mes grands-parents qui regardent France 2. C’est tout ce que je pense. peut imaginer. » « .

READ  L'Euro 2024 est la dernière chance pour Giroud, le meilleur buteur français de tous les temps.

Pour l’instant, le voyage au Grand Palais provisoire, où se dérouleront les épreuves de judo du 27 juillet au 3 août, est un test. Il a souligné : « Je voulais juste partager ma vie quotidienne. En fait, il y a beaucoup de luttes, donc je parle de beaucoup de luttes. »

Comment peut-on différer ? Les vies d’un journaliste indépendant et d’un sportif de haut niveau ne font pas bon ménage. Difficile d’être disponible pour suivre l’actualité et s’entraîner sans relâche en même temps. « Je continue à travailler parce que je dois payer le loyer », a-t-il expliqué. Loue, mais aussi son coach mental, des cours de psychokinétique, des cours de jiu-jitsu brésilien (pour améliorer ses compétences au sol), des kimonos (150 euros pièce), des billets d’avion et des nuits d’hôtel. «Je suis toujours à découvert», a-t-il admis.

Pour économiser sur les frais de déplacement, Hoinato prend souvent des vols à escales multiples lorsqu’il se rend au Cameroun ou au Qatar pour des tournois internationaux (12 depuis ses débuts avec le Bénin) ou des camps d’entraînement à Tokyo. « Trois ou quatre fois » il a dormi dans les aéroports. La Fédération Béninoise de Judo n’a pas toujours les moyens de le soutenir. Voyager en Afrique a un coût, et pas seulement financier. Gérer des compétitions parfois mal organisées fait également partie du défi.

« Je marche sur une corde raide depuis des mois. »

Il poursuit : « Les taxis sont en retard. On vous dit qu’il n’y a pas de restaurant ce soir et que vous mangerez demain. » « Vous avez affaire à des gens qui ne comprennent pas ce que signifie le haut niveau. » Problème de ressources ? Il a dérivé : « Nettoyer la salle n’est pas une question de ressources. J’aurais pu jeter mon judo blanc après l’Open du Niger, c’était irréparable. Parfois, ce n’est pas professionnel. Par exemple, vous voyez quelqu’un avec un excès de poids de 100 grammes. en pesant, et tu entends le fonctionnaire dire « ce n’est rien de grave » et là, tu sais qu’ils sont du même pays. Le judoka doute cependant fortement qu’il soit plus facile de concourir en Afrique : « Le niveau est très élevé, il y a du potentiel, on peut faire mieux. »

READ  "Phenomenon" Pogacar remporte Liège-Bastogne-Liège

Pendant plus d’un an, Hoinato a jonglé entre travail, entraînement et tournois sans entraîneur pour l’aider, faisant face à des blessures et luttant pour trouver de l’argent – ​​tout seul. Il a un petit sponsor et a lancé une campagne de collecte de fonds en ligne. Tout cela l’épuise physiquement et mentalement, au point qu’il pleure parfois. Le médecin lui a dit qu’il souffrait d’une « surcharge cognitive » et lui a prescrit des antidépresseurs. « Mon objectif n’est pas de craquer », a-t-il reconnu. « Cela fait plusieurs mois que je marche sur la corde raide, et ça doit durer jusqu’au 30 juillet. [the date of his test] ».

Hoinato déterminé à survivre : rang 70oui Il affirmait être mondial dans sa catégorie « actuellement qualifié pour les Jeux ». Mais il ne saura que le 23 juin, date de fin de la période de qualification, s’il participera aux Jeux de Paris 2024.

Traduction de l’article original publié en français sur Lemonde.fr; L’éditeur ne peut être responsable que de la version française.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *