La nageuse canadienne Aurélie Rivard bat le record du monde du 100 m nage libre féminin S10

La première défense de titre de la Canadienne Aurélie Rivard à Tokyo ne s’est pas déroulée comme prévu.

Mais le joueur de 25 ans a connu un début difficile dans la seconde.

Rivard a établi un record du monde de 58,60 secondes dans les séries éliminatoires du 100 m nage libre féminin S10 aux Jeux paralympiques de Tokyo, samedi au Japon.

Rivard, de Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec, nage pour une médaille samedi à 4 h 20 HE, cherchant à remporter la première médaille d’or du Canada à ces Jeux paralympiques.

Rivard a terminé premier sur le podium lors de l’événement en 2016, et dans les courses de 50 et 400 mètres nage libre. Elle a également remporté une médaille d’argent au 200 m quatre nages individuel à Rio.

Mais le début de Tokyo a été relativement difficile pour Revard, qui a relégué à la troisième place du 50m, déclarant plus tard : “Je n’ai pas obtenu de médaille de bronze dans mon groupe et je ne voulais pas vraiment de médaille. Vous avez une bonne course.”

Regarder | Ce que vous avez manqué lors de la troisième journée de compétition à Tokyo :

Pendant que vous dormiez : Débuts dynamiques de Kate O’Brien, Priscilla Gagnier remporte la médaille d’argent en judo

La cavalière sur piste Kate O’Brien et la judoka Priscilla Gagnier ont ajouté deux médailles d’argent paralympiques au groupe canadien à Tokyo. 3:26

Revard est entré à Tokyo après ne pas avoir nagé dans un rendez-vous pendant toute la pandémie.

Cependant, il semblait maintenant y avoir une puce de couleur bronze sur son épaule.

READ  Paris 2024 va hisser le « plus grand drapeau de tous les temps » de la tour Eiffel

Également dans la piscine, la Canadienne Camille Birobi a participé à la finale du 100 m brasse féminin SB6 avec le huitième meilleur temps des qualifications.

Tuomela V au semi-triathlon

L’athlète paralympique Jessica Tomilla a terminé cinquième aux Jeux paralympiques de Tokyo samedi au Japon.

Emmené par la guide Marianne Hogan, le joueur de 38 ans a franchi la ligne d’arrivée en 1 heure 12 minutes 53 secondes dans la classe PTVI1 pour athlètes totalement aveugles.

La dernière course de Tomilla survient 21 ans après avoir remporté sa seule médaille paralympique – l’argent, en tant que nageuse de 50 mètres nage libre en 2000.

L’Espagnole Susana Rodriguez a remporté l’or avec un temps de 1:07:15, tandis que l’Italienne Anna Barbaro a remporté l’argent avec un temps de 1:11:11 et la Française Anouk Corzelat a remporté le bronze avec un temps de 1:11:45.

Tomilla, Sault Ste. Mary, originaire de l’Ontario, qui est maintenant basée à Victoria, a participé à trois Jeux paralympiques de 2000 à 2008 en tant que nageuse, ne montant que sur le podium.

Mais elle avait l’impression d’avoir une affaire inachevée.

« Au lieu de m’entraîner pour un sport, je me suis dit : ‘Pourquoi pas ? [train] pour trois? “

“C’est comme ça que je suis entré dans le triathlon. Je suis passé d’un sport dans lequel j’ai gagné des médailles pour moi-même. Maintenant, je suis entré dans un sport où je crée des liens avec quelqu’un d’autre tout au long de la course. Cela change complètement la dynamique de la course. Cela est une question de travail d’équipe maintenant.

READ  La marche du Raja et le parcours de la Kabylie vers la finale de la Coupe de la Confédération de la CAF

Hogan, 31 ans, de Montréal, est devenu le guide de Tumela en 2019 et a rapidement obtenu trois troisièmes places, dont une de bronze aux championnats du monde de cette année-là en Suisse.

Mais ce n’était pas samedi. Tomilla semblait être en bonne forme dès le début, s’échappant des 750 m de nage en deuxième position et conservant cette position pendant plus de 20 km sur un vélo tandem avec Hogan. C’était la course de cinq kilomètres alors que Tomila tombait à nouveau dans le parc marin d’Odaiba lors d’une autre journée étouffante à Tokyo.

Ouellet tombe au 5000 mètres T12 masculin

Le Canadien Guillaume Awlette a mené la majeure partie de l’épreuve masculine de 5 000 m T12 samedi, mais il s’est évanoui au cours du dernier kilomètre pour terminer cinquième.

Ouellet, de Victoriaville, au Québec. , est arrivé tôt pour mener le groupe, mais a été lentement dépassé par athlète après athlète au cours des 1 200 derniers mètres environ.

Le joueur de 34 ans a terminé avec un temps de 14:47.47. Il s’est classé quatrième dans une épreuve en blind partiel il y a cinq ans à Rio.

L’Espagnol Yassin Ward Al-Atabi a remporté l’or avec un temps de 14:34.13, tandis que l’Australien Jared Clifford a remporté l’argent (14:35.52) et le Russe Alexander Kostin a remporté le bronze (14:37.42).

Ouellet a remporté l’épreuve aux Championnats du monde de 2015 et a terminé troisième en 2017, mais n’a jamais monté le podium au tournoi international majeur autrement.

La gardienne canadienne remporte l’Australie

L’équipe canadienne de goal football est tombée à 1-2 avec une défaite de 4-3 contre l’Australie samedi.

READ  Braff fait face au défi de Nsekera de présider l'ACNOA à l'Assemblée générale du Caire

Emma Renke, après une performance de quatre buts dans la seule victoire du Canada, a marqué une autre paire dans la défaite.

L’Australienne Meica Jayne Horsburgh était responsable de tous les buts de son équipe, y compris le penalty qui a finalement été le vainqueur.

Les quatre meilleures équipes de chaque groupe atteignent les quarts de finale. Le Canada est maintenant quatrième de son groupe et à égalité avec l’équipe australienne qui avait déjà perdu par 11-1, 6-0.

Le dernier match du Canada contre la Chine aura lieu lundi à 1 h 45 HE.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *