La « nouvelle Algérie » face à des défis locaux et régionaux تحديات

La « nouvelle Algérie » face à des défis locaux et régionaux تحديات

Le président nouvellement élu Abdelmadjid Tebboune s’adresse à la presse lors d’une conférence de presse, à Alger, en Algérie, le 13 décembre 2019 (Reuters)

La déception des Algériens face à la nouvelle constitution promise par le président Abdelmadjid Tebboune a été illustrée par le faible taux de participation au référendum du 1er novembre : seuls 24 pour cent des 25 millions d’électeurs ont pris la peine de voter. Soixante-six pour cent de ce chiffre dérisoire ont donné leur approbation pour le document.
La constitution proposée pour approbation nationale est venue en réponse aux demandes du président pour un changement global du système politique qui sont venues des rues d’Algérie. Ces manifestations, appelées « Hirak », ont commencé en février de l’année dernière pour protester contre la décision du président de l’époque, Abdelaziz Bouteflika, de briguer un cinquième mandat.
Les revendications du Hirak – exprimées par des milliers de manifestants pacifiques tous les vendredis depuis plus d’un an – ont évolué pour demander le renversement complet du régime autoritaire en Algérie, marqué par la corruption, le népotisme et la répression, et son remplacement par un système démocratique qui reflète les aspirations populaires. . Pour y parvenir, la rue a appelé à un dialogue national suivi d’une Assemblée constituante élue au suffrage universel.
Le mouvement n’a été que partiellement réussi. Bouteflika a démissionné et un grand nombre de ses proches ont été jugés et emprisonnés. Mais l’ordre n’a pas changé. Contrairement à la volonté du Hirak, l’armée a fait passer une élection présidentielle, avec un taux de participation de seulement 39 %, qui a catapulté Tebboune, un collaborateur de longue date de Bouteflika, au sommet.
Le dernier référendum était la tentative de Tebboune de mettre fin aux provocations du mouvement en soulignant que ses revendications fondamentales sont satisfaites. Notant que le 1er novembre marquait le début du mouvement de liberté algérien en 1954, le slogan principal de la campagne était : “Novembre 1954 : Libération. Novembre 2020 : Changement”.
Les affirmations confiantes de Tebboune étaient basées sur la suppression généralisée de la dissidence à l’approche du référendum. Plusieurs héros du mouvement ont été arrêtés, ainsi que des journalistes, des militants des réseaux sociaux et des défenseurs de la liberté de la presse, tandis qu’une chaîne de télévision française a été interdite. Les critiques ne voient aucun changement dans le mandat de Bouteflika.
Le président a cherché à mettre fin à l’importance du Hirak en incluant dans le préambule de la nouvelle constitution une référence selon laquelle il était le reflet de « la volonté du peuple », exprimée à travers le « Hirak béni authentique », qui « a mis fin à (passées) erreurs.
Cette manipulation verbale n’a pas de preneur. La constitution a été rédigée par un corps d’experts nommés par Tebboune, et non par l’Assemblée constituante. Il prévoit une présidence très puissante qui brouille effectivement la séparation des pouvoirs : le président nomme le premier ministre et peut révoquer le premier ministre ; peut opposer son veto aux lois votées par l’Assemblée nationale ; nommer un tiers des sénateurs; En tant que président du Conseil supérieur de la magistrature, il peut nommer et révoquer les juges.
Outre les dispositions relatives aux affaires intérieures, un aspect de la constitution a d’importantes implications géopolitiques régionales : les articles 28 et 29 prévoient des opérations transfrontalières des forces armées algériennes, à condition qu’elles soient approuvées par le Parlement, la Ligue des États arabes, l’Union africaine et l’Union Africaine. Les Nations Unies. Bien que rédigé avec soin, il s’agit d’un changement par rapport à la disposition constitutionnelle précédente limitant le rôle des forces armées à la défense des frontières nationales.
La justification en est que l’Algérie est dans une région dangereuse. Il y a un conflit civil en cours en Libye, un système étatique relativement faible au Mali, au Niger et en Mauritanie, qui peut servir de base à des activités anti-étatiques violentes, et il y a eu une prolifération de cadres extrémistes dans toute la région, y compris la branche locale de l’Etat islamique. . Soldats du Califat en Algérie. Par ailleurs, nombre de puissances extérieures à la région – Turquie, Russie et Chine – renforcent leur présence économique voire militaire en Afrique du Nord et en Méditerranée.
Ainsi, le nouveau texte constitutionnel indique un rôle algérien actif dans le scénario sécuritaire régional. Ce facteur a déjà suscité l’intérêt américain. Le commandant du Commandement américain pour l’Afrique, le général Stephen Townsend, et le secrétaire à la Défense de l’époque, Mark Esper, étaient en Algérie fin septembre et début octobre, la première visite de hauts responsables américains depuis plusieurs années. Compte tenu de ses grandes capacités militaires, lui forger un rôle régional sera un nouveau défi pour l’Algérie.

Compte tenu de ses grandes capacités militaires, lui forger un rôle régional sera un nouveau défi pour l’Algérie.

Présenté par Ahmed |

L’Algérie est au bord d’une grande incertitude aux niveaux local et régional. Alors que Tebboune est clairement opposé à répondre à la demande du Hirak d’entrer dans une démocratie complète, il peut espérer apaiser le peuple avec une dose de réforme politique ainsi que des avantages économiques, étant donné la gravité de leur situation en raison de la pandémie de coronavirus.
Le budget de l’État pour 2021 prévoit une croissance de 4%, contre une baisse de 4,6% cette année. Compte tenu de la hausse attendue des revenus pétroliers et gaziers pour l’année à venir, le budget promet une augmentation de 4% des subventions pour couvrir l’alimentation, la santé et le logement, ainsi que le développement dans les zones reculées durement touchées par la pandémie.
Alors que les manifestants du Hirak sont naturellement déçus par la nouvelle constitution, il convient de noter que toutes les constitutions sont intrinsèquement inertes ; Ils tirent leur force vitale du bon sens des dirigeants, de l’efficacité des institutions de contrôle et de l’examen minutieux de l’opinion publique. La manière dont la nation transforme ses défis locaux et régionaux en opportunités dynamiques déterminera l’émergence d’une « nouvelle Algérie ».

  • Telmiz Ahmed est un écrivain et ancien ambassadeur de l’Inde en Arabie saoudite, à Oman et aux Émirats arabes unis. Il est titulaire de la chaire Ram Sathe d’études internationales, Symbiosis International University, Pune, Inde.

Avis de non-responsabilité : les opinions exprimées par les auteurs dans cette section sont les leurs et ne reflètent pas nécessairement les opinions d’Arab News

READ  UNHCR - Des talents du sport et des loisirs "en conversation" avec l'équipe olympique des réfugiés du CIO Tokyo 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *