La part du crédit supplémentaire dans le PIB devrait dépasser la barre des 50 % au cours de l’exercice 23 : rapport

La part du crédit bancaire supplémentaire dans le PIB nominal supplémentaire devrait franchir la barre des 50% au cours de l’exercice en cours, contre un creux de 27% au cours de l’exercice 2022, selon un rapport de recherche du SBI lundi.

Le crédit supplémentaire à la part du PIB était de 63 % au cours de l’année pré-pandémique (exercice 2019). La participation moyenne était de 50% pour la période de sept ans se terminant à l’exercice 2020.

Un ratio crédit/PIB plus élevé indique une participation forte et active du secteur bancaire à l’économie réelle, tandis qu’un chiffre plus bas indique le besoin de plus de crédit officiel.

« Pour l’exercice 23, nous pensons que la part du crédit bancaire pourrait à nouveau franchir la barre des 50%, indiquant le rôle croissant des banques dans la croissance économique », indique le rapport Ecowrap.

Au cours de l’exercice se terminant en 2021-2022, le crédit bancaire a augmenté de 9,6 %, tiré par tous les grands secteurs.

L’exercice 22 s’est terminé avec une croissance supplémentaire du crédit de 10,5 crores de roupies, 1,8 fois supérieure à la croissance de 5,8 crores de roupies au cours de l’exercice 21, selon le rapport.

Au niveau sectoriel, la hausse du crédit aux MPME et aux infrastructures a été forte à Rs 2,3 crore tandis que le crédit au logement et au segment NBFC était proche de Rs 2 crore.

Les prêts aux particuliers ont augmenté à un taux élevé de Rs 3,7 crore, tirés par un boom des prêts personnels en dehors du crédit au logement. Le crédit accordé à l’agriculture s’élevait à Rs 1,3 crore.

READ  Les inquiétudes concernant l'emploi, l'économie en général ont poussé la confiance des consommateurs à un plus bas historique en mai

Il semble que l’économie ait été en mesure d’ignorer en grande partie les séquelles de la pandémie, selon le rapport, car la croissance du crédit a été généralisée dans tous les secteurs.

Le rapport de recherche indique également qu’il est désormais clair que l’expansion du crédit aux banques du secteur public (PSB) évince la croissance du crédit des banques du secteur privé (PVB).

« Une fois que cette tendance se transformera en une prophétie auto-réalisatrice, l’économie en bénéficiera », a-t-elle déclaré.

Au cours de l’exercice 22, la contribution pondérée des OSP à la croissance globale du crédit a atteint 43 %, une augmentation constante par rapport à un creux de 27 % au cours de l’exercice 19.

Dans le même temps, la part des PVB dans la croissance du crédit est passée de 65 % à 47 % pour l’année se terminant l’exercice 22.

Dans le passé, chaque fois que la croissance du crédit prenait un tournant et passait d’un chiffre à un à deux chiffres, la part des PVB augmentait toujours proportionnellement, selon le rapport.

Les PSB semblent toujours être les premiers acteurs au début d’une reprise dans le cycle du crédit et deviennent plus tard omniprésents lorsque les PVB rejoignent le train en marche.

Cependant, les dernières tendances indiquent que les PSB ont régulièrement diminué en raison de la solide qualité des actifs ainsi que de certaines initiatives de crédit lancées pendant la pandémie.

« Cette saine compétition pourrait apporter de nouvelles règles du jeu alors que nous nous dirigeons vers la phase de reconstruction post-pandémique », a-t-elle déclaré.

READ  Les fidèles de la mosquée prient pour qu'il pleuve dans un Maroc ravagé par la sécheresse

Le rapport indique que si les perspectives de croissance du crédit semblent également positives pour l’exercice 23, les tendances actuelles de l’inflation pourraient jouer un rôle gênant, car la hausse des taux d’intérêt pourrait avoir un faible effet sur la demande de crédit au moment même où l’économie se redresse.

Le rapport indique que l’étude de la Reserve Bank of India indique qu’une augmentation (diminution) de 100 points de base du taux directeur entraîne une diminution (augmentation) du crédit de 1,95 % avec un retard de six trimestres.

Les résultats de régression incluant la croissance du crédit et le taux directeur (données mensuelles de janvier 2009 à avril 2020) révèlent qu’une augmentation (diminution) de 100 points de base du taux directeur entraîne une diminution (augmentation) du crédit de moins de 1 % », a déclaré le rapport ajouté.

Découvrez les dernières vidéos de DH ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.