La période du règne algérien de Bouteflika a été marquée par la reconnaissance du passé colonial par les présidents français

Au cours des vingt années de règne de l’ancien président algérien Abdelaziz Bouteflika, les relations entre l’Algérie et son ancien maître colonial, la France, ont connu plusieurs hauts et bas. Alors que les présidents français depuis Nicolas Sarkozy ont pris des mesures pour reconnaître les actions néfastes de la France, l’Algérie n’a pas encore reçu d’excuses officielles de l’Elysée.

ancien président algérien Abdelaziz Bouteflika, décédé vendredi à l’âge de 84 ans, n’a pas hésité à le rappeler à la France passé colonial tout au long de sa carrière politique. À la veille de son élection en 1999, lorsque Paris craignait que de nombreux partis boycottent le vote, voici sa réponse :

La France a mené de très mauvaises politiques en Algérie Parce que quand la France est arrivée ici, elle a vu un vaste espace vide – un terrain de jeu ouvert qui a continué à être utilisé et abusé », a-t-il déclaré.

Une fois élu, Bouteflika a demandé à plusieurs reprises La France Pour admettre ses erreurs coloniales – mais il a poussé à la coopération entre les deux pays.

Mais en 2003, un traité d’amitié bilatéral n’a pas été signé lorsque le président français de l’époque, Jacques Chirac, n’a pas discuté ouvertement du passé colonial de la France. Ce n’est qu’en 2007 que le président français Nicolas Sarkozy a publiquement dénoncé le colonialisme.

« Le système colonial était profondément injuste et contraire aux trois principes fondateurs de la République française : liberté, égalité et fraternité », a déclaré Sarkozy.

Comme son prédécesseur, François Hollande a refusé de s’excuser – mais a reconnu la brutalité des actions de la France en Algérie.

READ  Aztèques chez les pros - SDSU Athletics

Tandis que Campagne électorale présidentielle en 2017Emmanuel Macron a fait un commentaire qui a été salué par de nombreux Algériens, mais a choqué la communauté des Français qui vivaient autrefois en Algérie.

“C’est un crime. C’est un crime contre l’humanité, c’est brutal, et cela fait partie d’un passé auquel nous devons faire face en nous excusant auprès de ceux contre qui nous avons commis ces actes”, a-t-il déclaré.

En janvier de cette année, l’historien français Benjamin Stora a publié un rapport détaillé, commandé par Macron, qui recommandait plus de 20 actes « pratiques » de reconnaissance, mais ne s’excusait pas pour les actions de la France.

Le gouvernement algérien a salué l’initiative comme une étape positive – mais elle l’est toujours. En attente d’excuses officielles du France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *