La plus grande économie d’Afrique a l’intention de rejoindre le groupe des BRICS dans les deux prochaines années ━ Gouverneur européen

Le Nigeria, le pays le plus peuplé d’Afrique et qui possède également la plus grande économie du continent, semble se tourner vers l’Est émergent et le Sud global alors qu’il cherche à renforcer ses alliances stratégiques mondiales et à accroître son influence internationale.

Dans le cadre d’une nouvelle initiative de politique étrangère visant à affirmer son influence sur les principales organisations mondiales, le ministre nigérian des Affaires étrangères Yusuf Togar a déclaré que son pays avait l’intention de rejoindre le groupe des BRICS – qui accueillera six nouveaux membres au début de l’année prochaine – dans les deux prochaines années. années. Il a ajouté qu’il estime que le Nigeria répond aux critères d’adhésion non seulement aux BRICS+, mais également au G20. mentionné.

Il a ajouté : « Le Nigeria devrait appartenir à des groupes comme les BRICS, le G20 et tous les autres blocs, car s’il existe un certain critère, selon lequel les pays les plus grands en termes de population et de poids économique devraient en faire partie, alors pourquoi le Nigeria devrait-il le faire ? tu n’en fais pas partie ? Qui sont-ils ? », a demandé le ministre des Affaires étrangères et a poursuivi :

Le Nigeria rejoindra tous les groupes ouverts pour autant que les intentions soient bonnes, bienveillantes et clairement définies, car il est suffisamment âgé pour décider lui-même qui sont ses partenaires et où ils doivent être.

Les déclarations du ministre des Affaires étrangères interviennent quelques jours seulement après la présence du président nigérian Bola Tinubu. Accord du G20 avec l’Afrique (CwA) à Berlin, en Allemagne, où, aux côtés de dirigeants de plus d’une douzaine de pays africains, ils ont cherché à présenter des arguments convaincants en faveur de leurs pays en tant que destinations privilégiées pour les investissements.

READ  Les pratiques DEI chez Boeing visées par une enquête de Texas AG

La première puissance économique du continent africain avait déjà exprimé son intention de rejoindre le bloc BRICS. Cependant, pour une raison quelconque, il n’a pas soumis de demande formelle d’adhésion avant le sommet du groupe tenu en Afrique du Sud en août dernier, à l’issue duquel six nouveaux pays l’ont rejoint : l’Argentine, l’Égypte, l’Iran, l’Éthiopie, l’Arabie saoudite et les États-Unis. Émirats Arabes. Emirates Airlines – invitée à se joindre.

Avant le sommet de Pretoria, certains étaient Quarante pays Il a exprimé son désir de rejoindre l’organisation intergouvernementale. Quatorze pays, dont la deuxième économie d’Afrique du Nord, l’Algérie, Bahreïn, le Bangladesh, la Biélorussie, la Bolivie, Cuba, le Honduras, le Kazakhstan, le Koweït, le Pakistan, la Palestine, le Sénégal, la Thaïlande, le Venezuela et le Vietnam, ont à ce stade officiellement déposé leur candidature. obtenir la citoyenneté. Rejoins le groupe.

Bien que les six pays devraient officiellement devenir membres le 1er janvier 2024, plus tôt cette semaine, Diana Mondino, conseillère économique principale du président élu argentin Javier Miley, qui a critiqué le Brésil et la Chine, Dire Reuters a rapporté que le pays n’avait pas l’intention de rejoindre les BRICS.

Durant la période précédant son élection, Miley a déclaré qu’il n’établirait pas de relations économiques avec les pays communistes.

Les BRICS, dont l’objectif clairement déclaré est de contester la domination économique et institutionnelle mondiale du G7, envisagent de renverser la domination du dollar américain en proposant d’introduire une nouvelle monnaie pour régler les paiements du commerce international. À l’heure actuelle, les États membres fondateurs des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) représentent 42 % de la population mondiale et environ 25 % du PIB mondial.

READ  Le déficit commercial du Japon s'élargit à mesure que les coûts d'importation augmentent en raison des pressions sur l'offre

Cependant, seuls les pays membres des BRICS ont 15% des droits de vote À la Banque mondiale et au Fonds monétaire international.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *