La police cède aux pressions et libère le correspondant de la FIJ après les manifestations

Suite aux protestations de certaines organisations de la société civile à Abuja, dans le Territoire de la capitale fédérale, le journaliste Daniel Ojukwu de la Fondation pour le journalisme d’investigation, qui avait été enlevé par l’équipe de réponse aux renseignements de l’Inspecteur général de la police, a retrouvé sa liberté.

Ojukwu a retrouvé sa liberté vendredi après dix jours de captivité policière.

La FIFA l’a révélé vendredi sur son site internet.

Ojukwu aurait disparu le mercredi 1er mai, ses numéros ont été fermés et ses collègues, sa famille et ses amis ignorent où il se trouve.

Vingt-quatre heures après sa disparition, la Fédération internationale des journalistes a déposé un rapport de personne disparue dans les commissariats de police de la zone où se dirigeait Ojukwu.

En outre, un enquêteur désigné par la FIJ a retracé la dernière localisation active des téléphones du journaliste jusqu’à une adresse à Isheri Olofin, un endroit qui, selon la FIJ, était désormais l’endroit où il avait été initialement arrêté par la police.

La famille d’Ojukwu a ensuite appris sa détention à Panti, où elle a compris que les autorités l’accusaient d’avoir violé la loi de 2015 sur la cybercriminalité.

Pendant ce temps, dimanche matin, l’équipe de réponse aux renseignements de l’inspecteur général de la police l’a transféré au Centre national de cybercriminalité de la police nigériane à Abuja.

La police a livré les avocats et les négociateurs de la CMI dirigés par l’éditeur du journal SaharaReporters, Omoyele Sowore ; Président du Syndicat nigérian des journalistes de l’Église du correspondant du FCT, Jed Oyekunle ; et Bukky Shonibare, président du conseil d’administration des conditions strictes de libération sous caution de la Fédération internationale de justice (FIJ).

READ  Le trio de Floride a une triste fin pour un homme dont la Rolex a été volée

Jeudi, des organisations de la société civile et des journalistes ont pris d’assaut le quartier général de la force à Abuja pour exiger la libération d’Ojukwu.

Une banderole exigeant la libération de Daniel Ojukwu lors d'une manifestation jeudi au quartier général de la force à Abuja. [Credit: @BukkyShonibare]
Une banderole exigeant la libération de Daniel Ojukwu lors d’une manifestation jeudi au quartier général de la force à Abuja. [Credit: @BukkyShonibare]

Parmi les manifestants se trouve l’avocat Deji Adeyanju. Sowore, militant pro-démocratie et candidat à la présidentielle de l’African Action Congress aux élections générales de 2023 ; Entre autres.

Les manifestants ont été vus brandissant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire « Libérez Daniel Ojukwu », « Non à l’État policier », « Le journalisme n’est pas un crime » et « Stop à l’impunité ».

Cependant, après que des organisations de la société civile ont organisé une marche vers le quartier général de la force jeudi pour faire pression pour sa libération, la police a commencé à atténuer les propos, ce qui a finalement conduit à sa libération vendredi.

« Le cas de Daniel Ojukwu est l’un des cas les plus flagrants de violations des droits humains et d’abus des pouvoirs de la police contre des journalistes », a déclaré Abimbola Ojenyike, associée directrice de Slingstone LP et avocate de la FIJ.

« Cela ne restera pas sans contestation. Il existe un intérêt public considérable pour les actions de Daniel en faveur du respect des droits humains, qui va au-delà de cette simple violation. Le droit constitutionnel à la liberté d’expression est mort si les journalistes ne peuvent plus dénoncer les actes répréhensibles des responsables gouvernementaux sans crainte ni répression. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *