La première réunion de l’ONU sur la décolonisation s’est tenue à Tanger avant la création de l’Algérie et du Polisario

Les 10 et 11 juin 2024, le Comité spécial de décolonisation des Nations Unies a tenu une nouvelle session à New York consacrée au conflit du Sahara occidental. Comme lors des éditions précédentes, la réunion a permis aux représentants du Maroc et de l’Algérie d’échanger leurs avis. Ces échanges houleux témoignent des faits historiques derrière ce conflit, qui profitent au Royaume.

En effet, le 27 novembre 1961, quelques mois après la création du Comité de décolonisation par l’Assemblée générale des Nations Unies, le Maroc a proposé de contribuer à l’adhésion à ce mécanisme. Selon la résolution n°1514 du 14 décembre 1960, liberté pour les pays et les peuples colonisés.

La proposition a été acceptée car le Maroc était l’un des 38 pays africains et asiatiques co-parrainants de la résolution 1514. Du 21 au 25 mai 1962, Tanger accueille la première réunion du groupe. York. Puis l’ONU Les représentants des pays qui formaient l’organisation ont été invités à une réunion à Fès avec le roi Hassan II.

Au moment de ces événements, l’Algérie était encore sous domination coloniale française et Mouammar Kadhafi n’avait pas encore mis fin à la monarchie en Libye le 1er septembre 1969. Création du Polisario En 1972. Des faits historiques rappelés par l’Ambassadeur Omar Hilale lors de son discours au Séminaire Régional C24 pour les Caraïbes organisé en mai 2017 à Saint Vincent et les Grenadines.

Capitalisant sur le succès diplomatique de la réunion de Tanger, le Royaume décide en 1963 d’inscrire la question du Sahara occidental à l’ordre du jour du C24 et de frapper à la porte de l’ONU. Le 16 octobre 1964, la commission regrette que « le pouvoir exécutif n’ait pas encore été pris ». Mesures pour mettre en œuvre la Déclaration dans ces régions.

READ  Des imams de Turquie et d'Algérie arrêtés en Arabie Saoudite pour avoir soutenu la Palestine

Le texte demandait au Secrétaire général de l’ONU d’informer l’Espagne du contenu de la résolution et d’informer la Commission des mesures prises par « l’autorité administrative pour la mise en œuvre de la présente résolution ».

Au cours du débat, le représentant de la Mauritanie a proposé d’incorporer « une recommandation visant à encourager des négociations directes entre les deux pays, l’Espagne et la Mauritanie, visant la libération du Sahara espagnol dans le cadre de l’unité régionale de la Mauritanie ». D’autre part, l’ambassadeur du Maroc de l’époque avait confirmé la disposition du royaume à dialoguer avec l’Espagne sur l’avenir de la province.

Pour mémoire, en 1964, Rabat n’avait pas encore reconnu l’indépendance de la Mauritanie et lui avait interdit l’adhésion à la Ligue arabe. Il faudra attendre 1969 pour que le roi Hassan II décide de lever son veto, au grand désarroi du parti Istiklal.

Le régime du général Franco a répondu à sa manière aux exigences de l’ONU en organisant des élections municipales au Sahara en 1963 et en lançant l’Assemblée législative du Sahara (JAMA) en 1967. C’était avant la création du Polisario.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *