La programmation classique devrait « Shake the Lake » cet été

Kick Axe, Trooper, April Wine, Doug & the Slugs, Prism et Starship se produiront au Shake the Lake Outdoor Music Festival 2022.

Contenu de l’article

La programmation est presque complète pour le festival de musique en plein air Shake the Lake 2022, qui se déroulera du 12 au 13 août sur le terrain du Conexus Center for the Arts.

Annonce 2

Contenu de l’article

Le groupe de rock classique Kick Axe, Trooper et April Wine doivent se produire lors de la soirée d’ouverture (vendredi), suivis de Doug & the Slugs, Prism et Starship samedi.

Il y a deux entreprises locales et une autre publiée samedi sont TBA.

Les billets seront mis en vente à midi le vendredi, date à laquelle les tarifs lève-tôt entreront en vigueur. Les billets de week-end coûtent 99,50 $ (plus les frais de service applicables) Les billets de jour coûtent 75 $ et les billets de week-end VIP coûtent 399 $

Les quantités de lève-tôt sont limitées.

Les billets sont disponibles à la billetterie du Conexus Arts Center (306-525-9999) conexusartscentre.ca/shake-the-lake-2022.

Plus d’informations à shakethelakeregina.ca.

Le Musical Club de Regina amène le célèbre organiste Jean Willy Koons à Regina pour un concert dimanche (15 h) à la Basilique du Saint-Rosaire.

READ  Le French Air Show et ses performers célèbrent le deuxième jour de l'Expo 2020 Dubaï

Koons est organiste résident de l’Orchestre symphonique de Montréal et directeur artistique du Concours international d’orgue du Canada.

« Jean Willy Koons jouera sa propre version du Carnaval des animaux de Camille Saint-Saën sur le magnifique orgue Casavant de la Basilique du Saint-Rosaire », a déclaré le Regina Music Club dans un communiqué. Le spectacle sera accompagné d’une lecture de poèmes humoristiques et d’œuvres d’art de Mary Grandpriy, mieux connue pour ses illustrations pour la série de livres Harry Potter. D’autres pièces au programme incluent la Passacaille de JS Bach, ainsi que des œuvres de Louis Vierne et de César Franck. »

Pour plus d’informations ou pour acheter des billets, visitez reginamusicalclub.ca.

Publicité 3

Contenu de l’article

La McKinsey Art Gallery a inauguré jeudi une nouvelle exposition – Piña, Pourquoi le ciel est-il bleu ? Par l’artiste/réalisatrice primée Stephanie Kumelang et son collaborateur de longue date Simon Speiser.

La composition s’inspire de leurs racines aux Philippines et en Équateur.

Selon un communiqué de presse, il présente « une intersection entre les futurs et la tradition » en « examinant les connaissances ancestrales dans un contexte contemporain – à travers l’intelligence artificielle et la réalité virtuelle ».

Il comprend une présentation vidéo de 28 minutes, un épisode VR de 15 minutes et une série d’impressions 3D sur papier ananas.

Il s’agit de la première installation artistique majeure de Comilang depuis qu’elle a remporté le Sobey Art Award 2019, l’hommage le plus important au Canada à l’art contemporain, et est accompagnée du grand prix de 100 000 $.

L’exposition se déroulera à Regina du 10 mars au 7 juillet avant de rejoindre le groupe Julia Stoschek à Berlin, puis la TPW Gallery à Toronto. Le McKinsey Show a été organisé par le PDG/PDG John G. Hampton et la conservatrice invitée Lillian O’Brien Davis.

READ  La France honore l'acteur de la Nouvelle Vague Belmondo

« Le travail de Speiser et Comilang est une expression belle, poétique et poignante de la façon dont nous nous rapportons à la connaissance de nos ancêtres », a déclaré Hampton dans un communiqué de presse. « Il parle de leur propre expérience et de leurs communautés tout en conservant sa pertinence pour les communautés autochtones du monde entier et évoque un sentiment d’espoir et de questionnement pour quiconque a cherché à se connecter avec l’héritage culturel dont il a hérité. »

Publicité 4

Contenu de l’article

Une autre nouveauté sur MacKenzie cette semaine est Finite Dimensions de Kara Uzelman de Nokomis.

Son travail est apparu en Allemagne, en France et au Canada, mais ce sera sa première exposition solo à la Saskatchewan Main Gallery (du 10 mars au 7 juillet).

Inspirée par des outils jetés et des objets aléatoires – dont certains qu’elle a dans sa propre cour – Ozelman pense à la consommation humaine, au gaspillage des ressources et au « désir destructeur de grandir » en ce qui concerne « notre attachement aux matériaux et la façon dont nous les traitons ». une fois qu’ils ne sont plus utiles ou obsolètes. »

« Les événements mondiaux de ces dernières années nous ont obligés à nous asseoir et à examiner de plus près notre culture matérielle », a déclaré le conservateur Tak Pham dans un communiqué de presse. « Alors que l’économie mondiale continue d’atteindre des sommets sans précédent, la Terre est poussée à ses limites. En conséquence, de nombreuses personnes et sociétés subissent les conséquences environnementales, sociales et existentielles de la mondialisation dans nos arrière-cours. »

READ  Le président algérien rentre dans son pays natal après un traitement en Allemagne

    Annonce 1

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion actif et civil et à encourager tous les lecteurs à partager leurs opinions sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le Site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail – vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou s’il s’agit d’un utilisateur que vous suivez. nous avons visité Règles de la communauté Pour plus d’informations et de détails sur la façon de définir un fichier Email Réglages.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.