La religieuse birmane est devenue un symbole de résistance alors qu’elle se place parmi la police et les manifestants

Sœur Anne Rosa No Taung, généralement vêtue d’un voile blanc et noir, s’est agenouillée Myanmar Les soldats leur ont dit: “Vous devez passer par moi.”

Une photo de son appel dramatique a déclenché des manifestants dans le domaine de l’électricité et a fait les gros titres dans le monde entier, qui assistaient à une répression de plus en plus brutale des manifestants pro-démocratie après le mois dernier. Coup d’État militaire.

Lors d’un rassemblement dans la ville de Myitkyina lundi, la religieuse de 45 ans a déclaré au britannique Sky News qu’elle avait plaidé auprès de la police “de ne pas frapper, de ne pas arrêter, de ne pas réprimer les manifestants, car les manifestants ne faisaient rien. mauvais – ils scandaient juste des slogans. “News appartient à Comcast, la société mère de NBC News.)

Sœur Ann Rosa No Taung supplie la police de ne pas nuire aux manifestants dans la ville de Myitkyina, au Myanmar.Myitquina NewsJournal / AFP – Getty Images

Quand j’ai demandé à partir, j’ai refusé. “La police était également à genoux et ils m’ont dit qu’ils devraient le faire parce que c’était pour arrêter la manifestation”, a-t-elle dit. Je lui ai répondu: Non, si vous voulez faire cela, vous devez passer par moi.

Quelques instants plus tard, des gaz lacrymogènes ont été tirés et des coups de feu ont été entendus.

En raison de sa mauvaise vue, elle n’a pas été en mesure de déterminer si les officiers à qui elle avait parlé avaient tiré les balles ou des membres de l’armée.

READ  Canal de Suez: les rations de carburant de la Syrie alors que les efforts pour libérer un navire en panne échouent | canal de Suez

Mais alors qu’elle avait du mal à respirer, elle a vu un homme qui était tombé dans la rue. Bientôt, j’ai réalisé qu’il avait été touché par une balle.

Bien qu’il ait été emmené dans une clinique pour être soigné, elle a dit qu’il était décédé plus tard des suites de ses blessures. Elle a ajouté qu’une autre personne est décédée sur place.

La sœur s’était déjà placée parmi la police et les manifestants de la ville le 28 février.

Dans une interview séparée avec Sky News, Sœur Anne Rosa a déclaré qu’à cette occasion elle “pensait qu’aujourd’hui était le jour où je mourrais” et “a décidé de mourir”.

“Je pensais que ce serait mieux si je mourais au lieu de beaucoup de gens”, a-t-elle ajouté.

La police a également ouvert le feu sur les manifestants et en a battu certains.

Alors qu’elle a survécu les deux fois, les autres ont eu moins de chance.

Thomas Andrews Les Nations Unies L’enquêteur des droits de l’homme du pays a déclaré jeudi qu’au moins 70 personnes avaient été «tuées» depuis la Seconde Guerre mondiale. L’armée a pris le pouvoir Le 1er février, ils ont arrêté le Premier ministre élu, Aung San Suu KyiEt beaucoup de chefs de son parti se réclamant de la fraude lors des élections de novembre, au cours desquelles son parti a gagné à une majorité écrasante.

Télécharger Application NBC News Pour les dernières nouvelles et la politique

Accusant le conseil militaire d’avoir commis des meurtres, des tortures et des persécutions susceptibles de constituer des crimes contre l’humanité, Andrews a déclaré au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève que plus de la moitié des morts avaient moins de 25 ans. Il a ajouté que plus de 2 000 personnes avaient été tuées. Est détenu illégalement.

READ  Bahreïn célèbre pour la première fois le jour du souvenir de l'Holocauste

“Le pays du Myanmar est sous le contrôle d’un régime meurtrier et illégal”, a-t-il déclaré.

Le coup d’État a mis fin aux tentatives de démocratie dans ce pays d’Asie du Sud-Est de 54 millions d’habitants après près de 50 ans de régime militaire, Des centaines de milliers sont dans les rues.

Alors que les pays occidentaux ont condamné les actions de l’armée et que certains ont imposé des sanctions limitées, les généraux ignorent généralement cette pression diplomatique. Ils ont promis de tenir de nouvelles élections mais n’ont pas fixé de date pour cela.

Mais Sœur Anne Rosa a dit que les généraux ne protègent pas le peuple, qui “doit se défendre”.

Tout en s’engageant à prier pour l’armée et les manifestants, elle a averti que “les gens ne sont plus en sécurité au Myanmar, qui était auparavant un lieu de bonheur”.

Elle a ajouté qu’elle demanderait «aux gens de l’extérieur de prier pour nous».

Elle a dit: “Que Dieu vous bénisse.” “Je salue les âmes déchues.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *