La reprise britannique « est à la traîne du reste du G7 » alors que la croissance ralentit à 1,3% au troisième trimestre – Business live | un travail

«Bien que la production mensuelle ait rebondi au cours du trimestre par rapport à la contraction de juillet, il est plus probable qu’elle reflète une poussée temporaire de l’assouplissement des restrictions, plutôt qu’une amélioration mesurable de la trajectoire de croissance sous-jacente du Royaume-Uni.

L’hôtellerie, les arts, les divertissements et la santé ont enregistré les améliorations les plus importantes alors que l’assouplissement des restrictions de distanciation sociale a levé l’activité. En revanche, la production de construction a diminué au troisième trimestre, car de graves perturbations de la chaîne d’approvisionnement ont érodé sa capacité à honorer les commandes.

« L’investissement des entreprises reste décevant en dessous des niveaux d’avant la pandémie, après une augmentation modeste au cours du trimestre et, en tant que tel, reste le point noir de la reprise, limitant la capacité du Royaume-Uni à augmenter sa productivité et à atteindre une économie durablement élevée avec des salaires.

« Le ralentissement au troisième trimestre marquera probablement le début d’une période prolongée de croissance lente, car les pénuries de personnel, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement et la hausse de l’inflation étouffent de plus en plus la production économique.

En conséquence, sur une base trimestrielle, l’économie britannique devrait revenir à son niveau d’avant la pandémie l’année prochaine, derrière bon nombre de nos concurrents internationaux.

« Avec les vents contraires auxquels fait face la croissance de l’économie britannique, nous avertissons la Banque d’Angleterre de relever les taux d’intérêt à court terme pour éviter de déstabiliser une reprise déjà fragile. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.