La SNAM cède 49,9% du gazoduc algérien pour 385 millions d’euros

Le logo d’Eni apparaît le 27 avril 2016 devant son siège social à San Diego, Milanese, près de Milan, Italie. REUTERS / Stefano Rellandini / Fichier Photo

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à reuters.com

Milan, 27 novembre (Reuters) – Le groupe énergétique italien ENI.MI a accepté de céder 49,9% de sa participation dans Snam (SRG.MI), un gazoduc stratégique acheminant le gaz algérien vers l’Italie, pour 385 millions d’euros (436 millions de dollars). , les deux sociétés ont déclaré samedi.

Ils ont déclaré dans un communiqué conjoint que les canalisations seraient contrôlées conjointement par les deux sociétés.

L’Italie importe plus de 90 % de ses besoins totaux en gaz et le gaz algérien s’écoule actuellement à 30 %.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à reuters.com

« Cette transaction nous permet de libérer de nouvelles ressources à utiliser dans notre chemin de transfert d’énergie », a déclaré Claudio Descalci, PDG d’Eni.

Eni a été active dans la transformation des opérations pétrolières et gazières en une nouvelle coentreprise pour réduire la dette et financer l’énergie à faible émission de carbone.

La Snam, qui détient 20 % du gazoduc TAP qui achemine le gaz azéri vers l’Italie, en tire l’essentiel de la gestion de la phase de transport du gaz italien.

Les nouvelles taxes commerciales vertes telles que l’hydrogène promettent d’être plus chères et, comme d’autres opérateurs de réseaux de gaz en Europe, de moderniser leur réseau de gaz pour qu’il soit prêt pour l’hydrogène. Lire la suite

READ  Algérie. Les États-Unis condamnent les graves atteintes aux droits humains et la répression

« À l’avenir, l’Afrique du Nord pourrait devenir une plaque tournante pour la production d’hydrogène solaire et vert », a déclaré Marco Alvera, PDG de SNAM.

Les sociétés pipelinières impliquées dans l’accord auront un revenu net d’environ 90 millions d’euros d’ici 2020.

(1 $ = 0,8836 euros)

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à reuters.com

Reportage de Stephen Jucks, édité par Giselda Vagnoni

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.