La Somalie qualifie l'accord Ethiopie-Somaliland d'acte d'agression

  • Écrit par Mahmoud Abdel Aziz Abdel Samad et Kalkidan Yabaltal
  • BBC News, Mogadiscio et Addis-Abeba

Commentez la photo,

Le président somalien Hassan Sheikh Mohamud s'adresse aux représentants suite à l'accord entre l'Éthiopie et le Somaliland

La Somalie a qualifié d’acte d’« agression » l’accord conclu par l’Éthiopie, enclavée, avec la République autoproclamée du Somaliland concernant l’accès à la mer.

Le Somaliland s'est séparé de la Somalie il y a plus de 30 ans, mais n'a pas acquis de reconnaissance internationale.

Elle a déclaré que l'Éthiopie avait accepté de reconnaître son indépendance à un moment donné dans le futur en échange d'un accès militaire à la côte.

L'Éthiopie n'a pas confirmé cet aspect de l'accord controversé de lundi.

Abe avait précédemment décrit l’accès à la mer comme une « question existentielle » pour son pays.

Un protocole d'accord est une déclaration d'intention et peut conduire à un traité juridiquement contraignant.

Les deux parties considèrent cette évolution comme une étape diplomatique majeure.

Cependant, la Somalie a réagi avec colère au protocole d'accord car elle considère le Somaliland comme faisant partie de son territoire.

Elle a dit qu'elle convoquait son ambassadeur en Éthiopie.

Le gouvernement a déclaré que l’accord était « nul et non avenu » et constituait une violation de sa souveraineté.

Elle a ajouté dans un communiqué qu'elle « considére cet acte comme une agression et… un obstacle au bon voisinage, à la paix et à la stabilité dans la région ». [is] « Il est déjà confronté à de nombreux défis. »

Le Premier ministre somalien Hamza Abdi Barre a exhorté la population à rester calme.

« Je veux leur assurer que nous sommes déterminés à défendre le pays », a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse organisée à la hâte. « Une partie de notre territoire, de notre mer et de notre air ne peut être violée et je le défendrai par tous les moyens légaux ». .

Reuters a rapporté que le président Hassan Sheikh Mohamud a déclaré mardi au Parlement que « personne n'a le pouvoir de céder une partie de la Somalie ».

Il a ajouté : « Somaliland, vous êtes les régions du nord de la Somalie. L'Éthiopie ne vous reconnaît pas. »

La Somalie a également déclaré qu'elle souhaitait que le Conseil de sécurité de l'ONU et l'Union africaine discutent de la question.

Les détails exacts de l'accord signé lundi par le Premier ministre Abiy et le président du Somaliland Musa Bihi Abdi dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba, sont inconnus.

M. Abdi a déclaré que l'accord comprend une clause stipulant que l'Éthiopie reconnaîtra à un moment donné dans le futur le Somaliland en tant qu'État indépendant.

Le ministère des Affaires étrangères du Somaliland a déclaré dans un communiqué Il a ajouté : « L'accord garantit à l'Éthiopie l'accès de ses forces navales à la mer, en échange de la reconnaissance officielle de la République du Somaliland, ce qui représente une étape diplomatique importante pour notre pays ».

Le président aurait déclaré que la reconnaissance aurait lieu « en échange de l'accès des forces navales éthiopiennes à la mer sur une distance de 20 kilomètres louée pour 50 ans ».

READ  Biden rejoint le sommet de l'ASEAN que Trump a raté après 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *