La transition énergétique menace le conflit politique dans les pays producteurs de pétrole

Écrit par Noah Browning

LONDRES (Reuters) – Le cabinet de conseil en risques basé au Royaume-Uni, Frisk Mapleecroft, a averti jeudi dans un rapport que le passage à l’énergie verte menace les pays producteurs de pétrole qui n’ont pas réussi à diversifier leurs économies.

“L’Algérie, l’Irak et le Nigéria seront parmi les premières victimes d’une lente vague d’instabilité politique qui engloutira un groupe de pays producteurs de pétrole au cours des trois à vingt prochaines années alors que la transition énergétique se poursuit”, indique le rapport.

L’Angola, le Gabon et le Kazakhstan sont les autres pays confrontés aux plus grands risques, a-t-elle ajouté.

<< Avec l'accélération de l'abandon des combustibles fossiles et la stabilisation de Covid-19, c'est-à-dire les gains réalisés par le pétrole ces dernières années ... le temps presse pour un certain nombre de pays qui n'ont pas réussi à diversifier leurs économies loin de l'exportation de combustibles fossiles. "

(Graphique: Pays en récession: https://fingfx.thomsonreuters.com/gfx/mkt/qmypmrqybvr/goodbadugly.PNG)

Firesk Maplekroft a déclaré que les perspectives des prix du pétrole d’ici le milieu du siècle sont très incertaines et pourraient chuter dans une large fourchette de 48 $ à 95 $ le baril. Le brut Brent se négocie actuellement autour de 63 dollars le baril.

La US Energy Information Administration offre un spread plus large, car elle prévoyait dans ses prévisions énergétiques annuelles du mois dernier que le prix du pétrole en 2050 se situerait entre 48 et 173 dollars le baril.

Bien que les producteurs de pétrole à faible coût du Golfe arabe soient les mieux à même de conquérir des parts de marché, ils ne seront pas à l’abri des chocs futurs: le rapport indique qu’une baisse prolongée des prix pourrait nuire aux réserves de change et aux dépenses intérieures, sapant la stabilité.

READ  Kotoko peine à financer un voyage en Algérie - rapports

(Infographie: les exportateurs nets de pétrole devront s’ajuster: https://fingfx.thomsonreuters.com/gfx/mkt/yxmpjwqynvr/adjust.PNG)

«Même la diversification peut entraîner son propre risque politique en remettant en cause les contrats sociaux traditionnels de l’État pétrolier: la légitimité de la gouvernance contre la générosité des hydrocarbures», a déclaré James Lockhart-Smith, responsable des risques de marché chez Verisk Maplecroft.

La plupart des pays producteurs de pétrole n’ont pas réussi à se diversifier loin du pétrole et certains sont devenus plus dépendants depuis la chute des prix du pétrole en 2014, et la Norvège et le Qatar figurent parmi les modestes réussites, ajoute le rapport.

(Préparé par Noah Browning. Édité par Mark Potter)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *