La troisième plus grande mosquée du monde a été inaugurée en Algérie à l'occasion du Ramadan Actualités religieuses

C'est la plus grande mosquée d'Afrique, mais les critiques la considèrent comme un projet vaniteux auquel un ancien président a tenté de donner son nom.

A l'approche du mois sacré musulman du Ramadan, l'Algérie a inauguré la troisième plus grande mosquée du monde et la plus grande d'Afrique après des années de retard en raison de bouleversements politiques.

Le président algérien Abdelmadjid Debon a officiellement inauguré lundi la Grande Mosquée d'Alger, sur la côte méditerranéenne de ce pays d'Afrique du Nord.

Connue localement sous le nom de Djamaa El-Djazair, elle possède le minaret le plus haut du monde à 265 mètres (869 pieds), peut accueillir 120 000 personnes et est la plus grande mosquée du monde après les lieux les plus saints de l'islam à La Mecque et Médine, en Arabie Saoudite.

D'une superficie de 27,75 hectares (près de 70 acres), il a été construit sur sept ans sous la forme d'une structure moderniste aux fioritures arabes et nord-africaines, décorée de bois et de marbre. Il dispose d’une piste d’atterrissage pour hélicoptères et d’une bibliothèque pouvant contenir jusqu’à un million de livres.

L'ouverture officielle de la mosquée permet plusieurs prières et événements publics pendant le mois de Ramadan, qui commence le 10 mars.

Mais son événement d’ouverture était principalement cérémonial, car il est ouvert aux touristes internationaux et aux visiteurs d’État en Algérie depuis environ cinq ans, et a été ouvert pour la première fois à la prière en octobre 2020, mais sans Debon car il a contracté le Covid-19.

La construction de la vaste mosquée aurait coûté 900 millions de dollars et a été construite par une entreprise chinoise.

READ  Fonds pour le climat de l'ambassade britannique à Alger : appel d'offres 2022/2023
La construction a commencé en 2012 et a connu de nombreux retards et dépassements de coûts. [Anis Belghoul/AP Photo]

L'Algérie possède désormais la plus grande mosquée en dehors des lieux saints de l'Islam, mais le projet a été en proie à des années de retards et de dépassements de coûts. Bien qu'il ait été critiqué pour avoir été construit dans une zone sujette aux séismes, le gouvernement a nié cette information.

Les critiques affirment également que la mosquée est essentiellement un projet vaniteux de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika, qui a été contraint de démissionner en 2019 après 20 ans au pouvoir.

Bouteflika, qui a été contraint de démissionner après les manifestations populaires et l'intervention de l'armée algérienne, a donné son nom à la mosquée et prévoyait de l'ouvrir en février 2019, mais ne l'a jamais fait.

La mosquée – ainsi qu’une grande autoroute nationale et un million de nouveaux logements – ont été entachées d’allégations de corruption sous l’ère Bouteflika, les entrepreneurs étant soupçonnés d’avoir payé des fonctionnaires de l’État.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *