L’Afrique du Sud, la Namibie et l’Algérie rejettent le statut d’observateur israélien auprès de l’Union africaine

La décision de l’Union africaine (UA) d’accepter Israël en tant qu’observateur a été saluée par certains États membres.

Le 22 juin, Israël a soumis une lettre crédible pour rejoindre en tant qu’observateur – qui a été acceptée – 19 ans après que le pays a perdu son statut.

Après la soumission, le ministre israélien des Affaires étrangères, Yer Lapid, a noté une étape importante dans les efforts du ministère des Affaires étrangères, affirmant que la “réalisation diplomatique” résoudrait le conflit du pays avec l’Afrique.

“C’est un jour de célébration pour les relations israélo-africaines. Cette réalisation diplomatique est le résultat des efforts du ministère des Affaires étrangères, de l’Union africaine et des ambassades israéliennes sur le continent”, a-t-il déclaré.

L’Afrique du Sud, la Namibie et l’Algérie ont désormais rejeté la décision de Felix Sisekidi, à la tête des 55 membres du continent.

Ministre namibien des Relations internationales Netambo Nandi-Ndaitwa, Dans une interview avec le Namibian Sun., a déclaré que l’approbation ne répondait pas aux principes de base de l’UA.

Pendant des années, la Namibie a accusé Israël d’occuper illégalement la Palestine contre l’éthique internationale.

“Nous rejetons cette reconnaissance parce qu’elle ne respecte pas les principes de base de l’Union africaine, qui inclut le droit à l’autodétermination”, a déclaré Nandi-Naidwa.

De la même manière, l’ambassade d’Afrique du Sud en Éthiopie a demandé au président de l’UA d’expliquer la raison d’accepter Israël en tant qu’observateur, compte tenu du rejet du pays en 2013, 2015 et 2016.

« L’Afrique du Sud continue de réaffirmer son soutien à la protection du peuple palestinien en tant qu’État indépendant et souverain avec Jérusalem-Est pour capitale, et appelle Israël à respecter ses obligations juridiques internationales », a rappelé l’Afrique du Sud.

READ  L'Algérie se prépare-t-elle au conflit avec le Maroc ?

Néanmoins, les pouvoirs du Président de la Commission de l’Union africaine se posent pour la deuxième partie des critères d’octroi du statut d’observateur et pour le système de reconnaissance au sein de l’Union africaine.

« Cette question est sensible et devrait être consultée avec les États membres avant de prendre une décision.

« Le gouvernement sud-africain demande donc au président d’informer dûment les États membres de la base juridique et de la justification politique de la reconnaissance de l’État d’Israël.

De même, il y a le ministère algérien des Affaires étrangères La décision a été rejetéeCela ne changera pas le soutien de l’UA à la cause palestinienne.

“Cette décision, prise sans le bénéfice d’une large consultation préalable avec tous les États membres, n’a pas la capacité ou la capacité de légitimer les pratiques et le comportement du nouvel observateur qui sont totalement incompatibles avec les valeurs, les politiques et les objectifs. La loi constitutionnelle de l’Union africaine”, a déclaré le ministère algérien des Affaires étrangères dans un communiqué.

« La récente administration du chef de la Commission de l’Union africaine (UA) accueille un nouvel observateur relevant de ses pouvoirs exécutifs, ce qui ne devrait pas changer le soutien continu et actif du continent à la cause palestinienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *