L’Afrique entre au Festival de Cannes en mettant à l’honneur les “héroïnes” du Tchad – Entertainment

L’Afrique a occupé le devant de la scène à Cannes jeudi avec un film qui célèbre les femmes tchadiennes naviguant entre foi religieuse et domination masculine avec bravoure, ruses et solidarité féministe.

Langues par le vétéran de Cannes Mohamed Saleh Haroun, la seule entrée pour la compétition principale d’Afrique subsaharienne, raconte l’histoire d’une adolescente enceinte dans la banlieue pauvre de la capitale tchadienne, N’Djamena.

La jeune fille de 15 ans, fille d’une mère célibataire, souhaite avorter mais se heurte à des obstacles majeurs, tant juridiques que religieux, au sein de sa communauté musulmane.

Dans une société où les hommes semblent avoir tout le pouvoir et assument rarement la responsabilité de leurs actes, les femmes doivent trouver des moyens secrets pour se protéger.

“C’est un film sur la vie ordinaire d’une femme”, a déclaré Haroun dans une interview à l’AFP. Ce sont les héroïnes du quotidien.

“Elles sont piégées par une sorte de domination qui vient aussi bien du patriarcat que de la religion, une double force qui maintient les femmes dans cette position”, a-t-il déclaré.

“J’ai toujours eu un problème avec la religion”, a déclaré Aaron. “Je trouve parfois qu’il manque d’intelligence, au sens basique du terme.”

‘cauchemar’

Un seul réalisateur du continent africain a remporté la Palme d’or aspirée par le Festival de Cannes : Mohamed Lakhdar Hamina en 1975.

Les espoirs de l’Afrique pour la Palme d’or cette année dépendent d’Aaron et Victoire de Casablanca Par le Marocain Nabil Ayouch, qui est aussi dans la compétition principale.

“Je suis heureux d’être à Cannes car c’est un endroit où je peux partager des images, parfois positives, d’un endroit où la vie est un cauchemar”, a-t-il déclaré.

READ  Les stars les plus en vue de la musique s'alignent avec les spectacles de Global Citizen Live .

Enclavé et appauvri, le Tchad est une ancienne colonie française avec une population d’environ 15 millions d’habitants, principalement des musulmans avec une importante minorité chrétienne. La moitié de la population est analphabète.

Bien que les MGF soient interdites par la loi, elles sont encore largement pratiquées.

Haroun a déclaré qu’il serait “prétentieux” de prétendre qu’il représente l’Afrique au festival.

“Je ne suis qu’à une voix de cette partie de l’Afrique. D’autres peuvent faire la même réclamation et j’espère qu’ils le feront”, a-t-il déclaré.

LanguesHaroun a déclaré que le titre du film faisait référence aux liens sur lesquels la société est construite, à la solidarité, à l’entraide, au désir d’aider les autres et à la loyauté.

Les gens peuvent changer

Aaron a quitté le Tchad pendant les guerres civiles au début des années 1980.

Il vit principalement en France depuis lors, mais est revenu au service en 2017-2018 en tant que ministre de la Culture et du Tourisme dans le gouvernement de l’homme fort Idriss Deby Itno, qui a dirigé le pays d’une main de fer jusqu’à sa mort cette année.

La plupart de ses films ont été tournés et tournés dans son pays d’origine.

“Harun ne vit pas toujours au Tchad, mais il connaît très bien la vie des femmes au Tchad, et tout ce qui se passe dans la société, y compris la religion”, a déclaré à l’AFP l’actrice tchadienne Achwaka Abaker Soliman, qui incarne la mère de la jeune femme. .

Haroun a déclaré qu’il espérait que la société tchadienne se développerait afin que les femmes puissent avoir une vie meilleure.

READ  L'Égypte maintient sa place au classement mondial de la FIFA pour le mois de mai - Equipes nationales - Sports

Il a dit : « En tant qu’homme, j’ai grandi dans le cadre d’une certaine culture et je fais partie du patriarcat. Mais en tant qu’individu conscient, vous pouvez toujours jeter un tel héritage. “Nous devons croire que les gens peuvent changer.”

Au total, 24 films sont en compétition pour la Palme d’Or au festival, qui se déroule jusqu’au 17 juillet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *