L’Afrique fera participer tous les entraîneurs locaux à la Coupe du monde

CAPE TOWN (Reuters) – L’Afrique aura cinq entraîneurs à domicile lors de sa première finale de Coupe du monde, un exploit qui pourrait conduire à un changement d’état d’esprit et créer plus d’opportunités pour les locaux.

Le Cameroun, le Ghana, le Maroc, le Sénégal et la Tunisie se rendront au Qatar la semaine prochaine avec un responsable local, marquant un changement radical d’attitude pour les dirigeants du football du continent.

Auparavant, les équipes africaines à la Coupe du monde étaient majoritairement dirigées par des entraîneurs d’Europe ou d’Amérique latine.

En 2010, alors que l’Afrique comptait six équipes en finale, l’entraîneur de l’équipe nationale algérienne était le seul à la diriger alors que lors de la finale de 1998, les cinq représentants africains étaient en tête des Européens.

Favoriser les entraîneurs de l’extérieur du continent a été la norme pendant des décennies, tant dans les rangs de l’équipe nationale qu’au niveau des clubs, mais cette tendance est maintenant très remise en question.

« Il se passe quelque chose au niveau des entraîneurs sur le continent africain », a déclaré Aliou Cissé, qui mène le Sénégal à la finale de la Coupe du monde pour la deuxième fois consécutive, faisant référence à la pléthore d’entraîneurs africains occupant des postes de direction à travers le continent.

Important

C’est un départ important de la Russie il y a quatre ans, lorsque Cissé était l’un des entraîneurs africains de la Coupe du monde 2018, tandis que les trois autres étaient à la tête des équipes africaines venues d’Argentine, de France et d’Allemagne.

READ  Participation au plus bas depuis 20 ans aux élections législatives en Algérie

« Notre rêve est que l’expérience africaine soit également appréciée, afin que les gens comprennent qu’il y a de bons entraîneurs en Afrique », a déclaré Cissé dans une récente interview.

Le changement d’attitude fait suite au succès des entraîneurs africains dans la compétition continentale ces dernières années.

Les équipes ont remporté les deux dernières éditions de la Coupe d’Afrique des Nations dirigées par un Africain alors que les sept précédents vainqueurs de la Ligue des champions de la CAF étaient tous africains.

Le Maroc a nommé l’ancien défenseur international Walid Regragui à ce poste il y a deux mois après avoir mené le Wydad Casablanca à la victoire en Ligue des champions en mai.

Le Cameroun sera dirigé par Rigobert Song, qui fait partie de ses joueurs les plus capés. La Tunisie a Jalil Kadri et le Ghana a Otto Addo, un autre ancien joueur international.

« Ce sont des gens qui ont peut-être eu des succès précédents et qui ont été de bons entraîneurs en Europe, mais pour le football africain, il faut le bon entraîneur au bon moment », a averti l’entraîneur gambien Tom Saint-Viet, un Belge avec plus d’une décennie d’expérience dans foot africain.

« Quelqu’un qui comprend le football africain, qui comprend la culture, qui comprend les avantages et les inconvénients de travailler avec une équipe africaine, et quelqu’un qui peut en tirer le meilleur parti », a-t-il déclaré à Reuters.

Montage par Christian Radnedge

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.