L’Afrique se prépare à croître avec l’augmentation de la pauvreté et de l’endettement en 2021

Par AFP

La Banque africaine de développement a déclaré vendredi que l’économie africaine devrait retrouver une croissance globale sur le continent en 2021 après la récession du coronavirus, tout en avertissant que la pauvreté et la dette publique continueraient d’augmenter.

Dans l’édition 2021 des Perspectives économiques en Afrique, la Banque africaine de développement a déclaré que la contraction de 2,1% de l’économie africaine en 2020 était la première récession en un demi-siècle, mais qu’elle devrait céder la place à une expansion de 3,4% cette année.

Et à 3,1%, les prévisions du FMI étaient moins optimistes que celles de la Banque africaine de développement, dont la mission est de financer les investissements dans les pays africains et de fournir des conseils et une assistance technique pour le développement.

La Banque de développement prévoit la plus forte reprise pour des économies comme le Maroc, la Tunisie et Maurice qui dépendent du tourisme, à 6,2% – malgré une baisse du PIB l’année dernière.

Pendant ce temps, les exportateurs de pétrole et de matières premières comme l’Algérie, le Nigéria, l’Angola et l’Afrique du Sud devraient connaître une croissance d’environ 3%, et les économies plus diversifiées du continent telles que l’Éthiopie et la Côte d’Ivoire augmenter de 4,1%, ayant déjà subi un coup plus léger. en 2020..

Le rapport de la Banque africaine de développement a également souligné que 39 millions de personnes supplémentaires pourraient passer sous le seuil de pauvreté extrême de 1,90 dollar par jour cette année, contre 30 millions l’an dernier.

Publicité

Au total, 465 millions de personnes en Afrique pourraient être touchées par l’extrême pauvreté, un tiers de la population du continent, dans un revers après deux décennies de coupes régulières.

READ  Nicola Sturgeon a exhorté les chefs d'entreprise à donner la priorité à la croissance économique dans le programme du gouvernement

Entre-temps, la Banque africaine de développement a averti que «le choc épidémique et la crise économique qui l’a suivi ont eu des effets directs sur les soldes budgétaires et le fardeau de la dette».

Le déficit a presque doublé l’année dernière, pour atteindre environ 8,4% du PIB, tandis que le ratio moyen de la dette au PIB du continent devrait augmenter de 10 à 15 points de pourcentage, à environ 70%.

En décembre, 14 des 38 pays analysés pour la viabilité de la dette étaient évalués comme «à haut risque de surendettement», 16 étant considérés comme à risque modéré et seulement 2 pays à faible risque.

«De graves problèmes de dette peuvent se profiler à l’horizon, et les défauts de paiement désordonnés et les longues décisions peuvent devenir un obstacle majeur aux progrès de l’Afrique vers la prospérité», a écrit le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, dans le rapport.

“Nous devons relever les défis de la dette et financer le développement en Afrique, en partenariat avec la communauté internationale” et avec les créanciers privés, a-t-il ajouté.

Mais Adesina a exhorté les dirigeants à adopter “des réformes audacieuses de la gouvernance pour éliminer toutes les fuites de ressources publiques, améliorer la mobilisation des ressources nationales et renforcer la transparence”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *