L’aide humanitaire américaine s’ancre au large de Gaza et suspend ses livraisons pour la troisième fois en un mois

Les républicains sont sceptiques quant au projet de 230 millions de dollars, qui comprend 1 000 soldats.

L’armée américaine envisage de suspendre vendredi ses opérations sur son quai au large de Gaza, déplaçant temporairement la structure flottante vers un port israélien pour résister à la haute mer et aux énormes vagues qui devraient frapper la région dans les prochains jours, selon un responsable proche du projet. .

C’est la troisième fois en un mois que la structure suspend ses opérations en raison des intempéries, et le dernier revers en date pour l’ambitieux projet humanitaire de 230 millions de dollars impliquant 1 000 soldats américains.

« Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour en faire un succès », a déclaré le responsable.

Pour compliquer encore les choses, l’aide humanitaire acheminée à terre via la jetée est retenue dans une installation voisine après que les Nations Unies ont interrompu les livraisons la semaine dernière pour des raisons de sécurité. Les Nations Unies ont déclaré vendredi qu’elles n’avaient pas de calendrier pour reprendre la distribution.

Les difficultés surviennent alors que les États-Unis manquent de temps pour utiliser la jetée temporaire, qui devait initialement durer 90 jours et qui risque de perdre sa capacité à transporter de l’aide fin août lorsque le niveau de la mer monte. encore. Les tempêtes obligeraient les responsables militaires à le retirer.

READ  Un tremblement de terre frappe le Népal et fait au moins 6 morts

Jusqu’à présent, plus de 2 500 tonnes d’aide humanitaire ont été acheminées via la jetée. Les responsables américains ont reconnu qu’une grande partie de cette aide n’avait pas atteint ses points de distribution. Cependant, ils affirment que la jetée a été essentielle pour acheminer à terre une aide indispensable qui ne serait pas arrivée autrement, et qu’elle est destinée à augmenter – et non à remplacer – l’aide transportée par les passages terrestres.

CNN a été la première à rapporter vendredi le projet de l’armée américaine de déplacer le quai à Ashdod. Bien que ce soit la troisième fois que l’armée interrompt temporairement les expéditions passant par le quai, c’est la deuxième fois que le système – appelé Joint Logistics over the Shore, ou JLOTS – doit être déplacé. La première fois que la jetée a été déplacée, c’était après qu’elle se soit désintégrée et ait nécessité des réparations. Cette fois, le quai est démonté et déplacé par mesure de précaution afin d’éviter que le quai flottant temporaire ne s’effondre en cas d’intempéries.

READ  Comment la crise du Covid-19 en Inde affecte-t-elle son économie

Ce début difficile a provoqué la colère des critiques républicains qui ont décrit le quai comme une entreprise politique peu pratique, plutôt que comme un programme sérieux d’aide étrangère.

« Jusqu’à présent, la seule réalisation a été une augmentation des coûts et des risques pour les 1 000 soldats américains déployés », a déclaré sur Twitter le sénateur Roger Wicker du Mississippi, le plus haut républicain de la commission sénatoriale des services armés.

Le représentant républicain Mike Rogers de l’Alabama, qui préside le comité des services armés de la Chambre des représentants, a qualifié cette semaine le projet d’« expérience irresponsable » qui devrait « être immédiatement terminée avant qu’une catastrophe ne survienne ».

Citant les trois militaires qui ont été blessés alors qu’ils travaillaient sur la jetée, ainsi que les navires de l’armée endommagés qui se sont échoués, Rogers a qualifié cela de gaspillage d’argent et de « embarras pour l’administration ».

Il a ajouté dans un communiqué : « Cette opération a été un échec et n’avait aucun fondement dans la réalité ».

Le Pentagone a défendu le programme comme étant nécessaire pour faire face à la situation humanitaire désastreuse.

« Il est très important pour les personnes qui souffrent en ce moment (…) d’obtenir toute l’aide possible, par tous les moyens », a déclaré la secrétaire de presse adjointe du Pentagone, Sabrina Singh, aux journalistes en mai, lorsque la jetée était temporairement inutilisable. « Si vous voulez appeler cela un échec, je vous le laisse. Ce que je peux vous dire, c’est que nous ne contrôlons pas la météo. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *