L’Algérie a averti l’Espagne de ne pas réexporter son approvisionnement en gaz

Le logo de la société nationale d’énergie Sonatrach a été photographié le 20 novembre 2019 à son siège en Algérie, en Algérie. REUTERS/Ramzi Boudina

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à Reuters.com

ALGER, 27 avril (Reuters) – L’Algérie a averti mercredi qu’elle couperait l’approvisionnement en gaz de l’Espagne si Madrid vendait du gaz algérien à d’autres pays, citant la décision de l’Espagne de fournir du gaz au Maroc par gazoduc.

L’Algérie a précédemment déclaré qu’elle s’en tiendrait à son accord avec l’Espagne, malgré le retrait de son ambassadeur dans un différend entre les deux pays sur le contrôle du Maroc sur le Sahara occidental.

Le ministère espagnol de l’Énergie a confirmé son intention d’envoyer du gaz au Maroc, mais a insisté sur le fait qu’aucun gaz ne serait d’origine algérienne.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Les approvisionnements en gaz de l’Afrique du Nord vers l’Europe sont devenus de plus en plus importants cette année alors que la crise ukrainienne jette un doute sur les exportations d’énergie de la Russie et que l’Algérie a accepté d’augmenter son approvisionnement vers l’Italie.

L’Algérie cherche à exploiter sa forte demande de gaz après avoir consommé ses réserves de devises, les ventes d’énergie étant en baisse depuis des années.

Pendant ce temps, les relations entre les anciens rivaux algériens et marocains se sont détériorées au cours des deux dernières années, l’Algérie ayant rompu ses relations diplomatiques avec ses voisins l’année dernière.

L’Algérie soutient le mouvement du Front Policario exigeant l’indépendance du territoire d’origine du Maroc, le Sahara occidental. Le mois dernier, l’Espagne a annoncé son soutien aux projets de Rabat d’accorder l’autonomie régionale.

READ  L'Algérie tout entière s'oppose à l'alliance "Maroc-Israël" — le chien de garde du Moyen-Orient

L’Algérie a décidé l’an dernier de ne pas prolonger son contrat d’exportation de gaz via un gazoduc vers l’Espagne via le Maroc. Elle livre directement en Espagne par sous-marin et par bateau.

Le Maroc souhaite désormais importer du gaz naturel liquéfié (GNL) d’Espagne, tout en modifiant le débit du gazoduc et en construisant ses propres terminaux d’importation de GNL à long terme, a annoncé Reuters pour la première fois l’année dernière.

La télévision algérienne a rapporté l’avertissement, affirmant que le ministre de l’Energie Mohamed Arkab avait reçu un e-mail de son émissaire espagnol.

Cependant, le ministère espagnol de l’Énergie a déclaré que le Maroc ne fournirait en aucun cas du gaz algérien et avait discuté du projet avec Alger ces derniers mois.

« Le Maroc peut acheter du GNL sur les marchés internationaux, le décharger dans une usine de ravitaillement en Espagne continentale et utiliser les gazoducs du Maghreb pour l’acheminer jusqu’à ses frontières », a déclaré mercredi le ministère.

La semaine dernière, le président algérien Abdulmadjid Tebboune a déclaré : « Nous assurons le peuple espagnol, ami de l’Espagne, que l’Algérie ne renoncera jamais à son engagement de fournir du gaz à l’Espagne en aucune circonstance ».

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Reportage de Lillian Vagti au Caire, Nathan Allen à Madrid et Lamin Chikki à Alger, par Angus McDowe par Chris Reese et Marguerite Choi

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.