L’Algérie accueille le premier sommet arabe depuis la déclaration de normalisation israélienne…

Algérie – Dirigeants arabes Ils doivent se réunir mardi à Alger pour leur premier sommet depuis la série d’accords de normalisation avec Israël qui a divisé la région.Ajouter une annonce

La Ligue arabe, composée de 22 nations, a tenu son dernier sommet en 2019, avant la pandémie de COVID-19 et Émirats Arabes UnisL’accord historique soutenu par les États-Unis pour établir des relations diplomatiques avec Israël.

L’accord, le troisième accord de ce type entre Israël et un pays arabe, a été suivi d’accords similaires avec Bahreïn, le Soudan et le Maroc, approfondissant la rivalité vieille de plusieurs décennies entre le royaume et son voisin l’Algérie.

L’hôte du sommet des 1er et 2 novembre, un fervent partisan des Palestiniens, a négocié un accord de réconciliation en octobre entre les factions palestiniennes rivales Fatah et Hamas.

Alors que peu de gens pensaient que l’accord serait conclu, il a été considéré comme un coup de relations publiques pour l’Algérie, qui cherche à consolider un rôle régional et international, dans le contexte de son statut croissant d’exportateur de gaz recherché.

Mais l’Algérie s’est méfiée de la coopération du Maroc en matière de sécurité et de défense avec Israël, ajoutant à des décennies de méfiance à propos du différend sur le Sahara occidental.

Le statut du Sahara occidental – une ancienne colonie espagnole que les Nations unies considèrent comme un « territoire non autonome » – a été agité.
Maroc Contre le Front Polisario soutenu par l’Algérie depuis les années 70.

En août 2021, l’Algérie a rompu ses relations diplomatiques avec Rabat, affirmant que des « actes hostiles » avaient eu lieu.

READ  Kings Island ferme la tour Eiffel ce week-end, s'apprêtant à célébrer son 50e anniversaire

Les participants au sommet, avec des conflits en Syrie, en Libye et au Yémen également à l’ordre du jour, sont confrontés au défi de naviguer dans le libellé de la déclaration finale, qui doit être adoptée à l’unanimité.

L’expert basé à Genève, Hosni Obeidi, a déclaré : « Le sommet doit envoyer un message de soutien aux Palestiniens, en veillant à ce qu’ils ne soient pas sacrifiés au nom des accords d’Abraham », faisant référence aux accords de normalisation arabe avec Israël négociés par l’administration de l’ancien président américain. Donald Trump.

L’Algérie a annoncé la réunion de cette semaine comme un événement pour la réunification du monde arabe, mais plusieurs personnalités clés, notamment le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, ont signalé qu’ils souffraient d’une otite, et le roi du Maroc Mohammed VI sera absent.

Les médias arabes ont rapporté que les dirigeants des Émirats arabes unis et de Bahreïn s’éloigneraient également.

Obeidi a déclaré : « Les pays arabes qui ont normalisé leurs relations avec Israël ne sont pas enthousiastes à l’idée de se réunir pour condamner leur position ».

Les Palestiniens au « front et au centre »

Il a déclaré que la décision du président algérien Abdelmadjid Tebboune de mettre la question palestinienne au premier plan ne les a pas rassurés.

Une autre source de controverse a été les efforts de l’Algérie pour faire venir le président syrien Bachar al-AssadLe gouvernement irakien est revenu dans la Ligue arabe, une décennie après avoir suspendu son adhésion au milieu d’une répression des manifestations de 2011 inspirées par le printemps arabe.

READ  Une rare rencontre entre le président palestinien et le chef du Hamas en Algérie

Obeidi a déclaré qu’inviter la Syrie à participer au sommet serait « risqué ».

L’Algérie a pris conscience des conséquences de cette présence au sommet. En collaboration avec Damas a abandonné son initiative.

Pierre Boussel, de la Fondation française pour la recherche stratégique, a déclaré que le retour de la Syrie à l’université est soutenu par la Russie, alliée à la fois de l’Algérie et de Damas, qui prend ses distances avec le sommet d’Alger.

Mais il a déclaré: « La Russie a décidé de ne pas essayer d’imposer cela d’une manière qui affecterait ses relations avec les pays arabes, qui ont déjà été affectés par l’impact économique du conflit ukrainien. »

Le secrétaire général de la Ligue des États arabes, Ahmed Aboul Gheit, a appelé vendredi à une « vision arabe intégrée » pour relever les défis pressants de la sécurité alimentaire dans la région.

En savoir plus la région et le monde
Nouvelles de la Jordanie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.