L'Algérie annonce la mort de l'Union du Maghreb arabe

Une semaine après la rencontre du 22 avril à Tunis entre l'Algérie, la Tunisie et la Libye, l'agence de presse algérienne APS annonce la disparition de l'Union du Maghreb arabe (UMA), lancée à Marrakech le 17 février 1989. L'agence de presse officielle accuse le Maroc d'être responsable de la disparition du camp régional.

« Aujourd'hui, tous les pays africains sont organisés en communautés régionales, à l'exception de l'Afrique du Nord, parce que le Maroc préfère une alliance avec l'entité sioniste » et « en s'invitant à d'autres structures organiques au Moyen-Orient », note l'agence de presse algérienne. Conseil de coopération du Golfe.

UN Entretien S'adressant aux médias algériens le 30 mars, le président Abdelmadjid Debon a soutenu l'exclusion du Maroc du nouveau projet de bloc du Maghreb : « Nos voisins occidentaux veulent rejoindre l'Organisation ouest-africaine de développement (CEDEAO) et ils sont libres de le faire ».

ABS fait référence à une revendication officielle marocaine datant de 1995, appelant à la suspension des organisations du syndicat, mais s'attachant à révéler ses véritables motivations.

Attaf et l'APS expliquent les raisons de la demande du Maroc en 1995

En fait, cette revendication est un acte de protestation contre les violations par l'Algérie, en soutenant le Polisario, des dispositions de la constitution de l'Union du Maghreb Arabe, notamment Article 15: « Les États membres ne permettent aucune action ou organisation sur leurs territoires respectifs qui soit préjudiciable à la sécurité, à l'intégrité territoriale ou à l'ordre politique d'un État membre. Ils s'abstiennent également d'adhérer à tout traité ou alliance militaire ou politique dirigé contre l'indépendance politique ou l'intégrité territoriale des autres États membres, précise le même texte.

READ  Le Ghana étourdit l'Algérie lors de sa dernière tentative

Le 29 août 2023, lors d'une conférence de presse à Alger, l'actuel ministre des Affaires étrangères, Ahmed Attaf, mentionné La revendication marocaine de 1995, « L'Algérie ne porte aucune responsabilité dans l'impasse dans laquelle se trouve l'Union du Maghreb Arabe. Depuis, les conditions n'ont pas changé. Pire, elles se sont aggravées. Aujourd'hui, il est difficile de parler de revitalisation ou de souffle nouveau ». dans l'Union du Maghreb Arabe dans le contexte que nous connaissons tous il y a 29 ans AMU Le ministre n'a pas précisé les raisons pour lesquelles le Maroc a été contraint de geler l'i.

L'article de l'APS arrive à un moment où le projet maghrébin de l'Algérie vacille sans le Maroc. La Libye, présente au sommet de Tunis, multiplie les appels au renforcement de l'Union du Maghreb arabe. Vingt-quatre heures après la réunion tripartite dans la capitale tunisienne, Mohamed Younès El-Menfi, chef du Conseil présidentiel libyen, a adressé un message au roi Mohammed VI.

Le lendemain, Hussein Athiya El Katrani, premier vice-président du gouvernement d'union nationale (reconnu par la communauté internationale) et ministre de l'Agriculture, réitérait le même appel. Réunion avec le Tunisien Doib Bakkouch, secrétaire général de l'UMA à Rabat. Le 24 avril, le chef du Conseil présidentiel libyen a également envoyé Message écrit Même chose pour le président de la Mauritanie. Malgré la pression algérienne, le voisin du sud a refusé de rejoindre le projet maghrébin sans le Maroc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *