L’Algérie attend le procès d’un nouveau groupe de ministres de l’ère Bouteflika

Les couloirs politiques en Algérie vivent dans l’attente de la comparution d’un nouveau groupe de hauts fonctionnaires de l’époque de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika devant la justice après la fin des enquêtes de corruption et de corruption.

Deux anciens premiers ministres, plusieurs ex-ministres et chefs d’entreprise ont été mis en cause dans des secteurs vitaux de l’économie du pays d’Afrique du Nord.

Certains d’entre eux ont été emprisonnés en 2019 après avoir été reconnus coupables de crimes au premier degré, tandis que d’autres attendent toujours leur procès.

Une source judiciaire bien informée, qui a demandé à garder l’anonymat, a déclaré à Asharq Al-Awsat : « Un nouveau groupe d’anciens responsables d’agences gouvernementales sera bientôt cité à comparaître devant les juges d’instruction de la Cour suprême (la plus haute instance de la judiciaire).”

Ils ont ajouté que d’autres seront convoqués devant les tribunaux de première instance pour répondre à des soupçons de corruption, de mauvaise gestion et de gaspillage d’argent public.

La source a ajouté que “la plupart d’entre eux ont été nommés lors de l’interrogatoire d’anciens fonctionnaires qui ont été condamnés par la justice au cours des deux dernières années à la prison”.

Jeudi dernier, la justice a placé l’ancien ministre des Finances Arezki Baraki en détention provisoire.

Il a été arrêté pour mauvaise gestion des barrages d’eau.

Tahir Khawa, qui était ministre des Relations avec la Chambre des représentants, a également été emprisonné pour falsification de documents officiels.

Parmi les responsables les plus célèbres du régime Bouteflika qui ont été condamnés par la justice figurent l’ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia, Abdelmalek Sellal, Said Barakat et Jamal Ould Abbas.

READ  L'essor commercial de la Chine se poursuit en mai en raison de la forte demande mondiale, de l'actualité économique et des faits marquants

Tous ont été condamnés à des peines de prison allant de 10 à 15 ans. Certains d’entre eux ont également été condamnés à mort.

La source a déclaré à Asharq Al-Awsat que tous les observateurs judiciaires du parquet et les juges d’instruction ont affirmé avoir mis en œuvre les décisions et les politiques du président Bouteflika.

Ils ont été cités comme disant que le rejet des décisions du président dans la gestion des méga-accords et des projets aurait conduit à leur limogeage et à des poursuites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *