L’Algérie coupe ses relations diplomatiques avec son voisin le Maroc | Nanaïmo

Les deux pays sont des alliés des pays occidentaux, et cette décision a compliqué la diplomatie dans la région. Les deux sont importants dans la lutte contre le terrorisme dans la région voisine du Sahel.

Le ministre algérien des Affaires étrangères a souligné l’accumulation de griefs contre le Maroc qui a conduit à la décision de mardi. Les critiques allaient des déclarations faites par l’ambassadeur du Maroc aux Nations unies à la mi-juillet aux récents commentaires du ministre israélien des Affaires étrangères concernant une visite historique au Maroc dans le cadre de la normalisation des relations entre eux.

“Le Maroc a fait de son territoire une plate-forme qui permet aux puissances étrangères de parler hostilement de l’Algérie”, a déclaré M. Lamamra, cité par l’APS. Pour l’agence de presse officielle, il faisait allusion à une déclaration du ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid au Maroc ce mois-ci dans laquelle il évoquait, entre autres, les efforts de l’Algérie pour empêcher Israël d’obtenir le statut d’observateur auprès de l’Union africaine.

“Depuis 1948, aucun responsable israélien n’a émis de déclaration hostile à un pays arabe d’un autre pays arabe”, a déclaré l’agence de presse algérienne citant Lamamra.

L’ambassadeur du Maroc auprès des Nations Unies aurait déclaré que les habitants de la région algérienne de la Kabylie berbère devraient avoir le droit de déterminer leur propre statut. Il a également évoqué les allégations de l’Algérie selon lesquelles le Maroc soutient un groupe séparatiste en Kabylie, connu sous le nom de MAK, que l’Algérie a inscrit sur sa liste de terrorisme. L’Algérie a indiqué que le MAK avait joué un rôle dans les incendies de forêt de ce mois-ci dans la région de Kabylie qui ont tué des dizaines de personnes, dont plus de vingt soldats.

READ  Exclusif - Eni et BP en pourparlers sur les actifs pétroliers et gaziers algériens

L’affaire Kabylie rappelle le soutien de l’Algérie à la tentative du Front Polisario, mouvement indépendantiste basé dans le sud algérien, d’autodétermination dans le Sahara occidental contesté que le Maroc a annexé en 1975.

Le Maroc veut l’autonomie de la région sous sa tutelle, tandis que l’Algérie veut l’autodétermination par référendum.

“Pour toutes ces raisons et sur la base des faits… j’ai annoncé que l’Algérie a décidé de couper les ponts”, a déclaré Lamamra.

Presse associée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *