L’Algérie espère que les « Home Games » compenseront la déception de Tokyo

L’Algérie espère que le soutien de millions de Français originaires de ce pays d’Afrique du Nord rendra les Jeux olympiques de Paris aussi bons que les matchs à domicile de son équipe en juillet et août.

Le médaillé d’argent des Championnats du monde Djamel Sedjati sera une fois de plus le principal espoir de médaille alors qu’il portera le flambeau de la forte tradition algérienne de course de demi-fond et cherchera à rattraper le chagrin de Tokyo.

L’Algérie a emmené 41 athlètes, dont 13 femmes, dans la capitale japonaise il y a trois ans pour participer à 14 matchs, mais Sedjati et le coureur d’obstacles Bilal Tapti ont échoué aux tests Covid-19 et ont été expulsés des Jeux.

Le mois dernier, à la Ligue de diamant de Stockholm, Sedjati a réussi une minute et 43,23 secondes au 800 mètres, le cinquième meilleur au monde cette année, ce qui lui donne une réelle chance d’ajouter aux 17 médailles que les Algériens ont remportées depuis leurs premiers Jeux olympiques en 1964.

Quatre des cinq médailles d’or olympiques de l’Algérie sont revenues à Toufic Makhloufi, Noureddine Morsely, Hasiba Bolmerka et Nuria Mera-Benida en demi-fond.

Kheireddine Barbari, chef de la délégation algérienne aux Jeux olympiques de Paris, a déclaré à Reuters que les espoirs de médaille à Paris ne se limitaient pas à l’athlétisme sur piste.

« Vous savez, les Jeux olympiques sont un événement sportif mondial important et il est difficile de prédire les médailles et leurs couleurs », a-t-il déclaré.

« L’Algérie compte des champions avec des qualités et des traditions qui se manifestent sur des supports tels que la boxe, l’athlétisme et la gymnastique.

READ  Le chef Dominique Grene crée une cuisine sublime pour Air France

« Les plans de production se déroulent à 100 % conformément aux plans et nous sommes convaincus que nos athlètes feront de leur mieux pour honorer le drapeau national. »

Barbary s’attend à ce que l’équipe soit plus grande que la taille de Tokyo, et l’ajout de quelques nageurs portera le nombre de matchs à 15.

Avant que l’Algérie ne participe pour la première fois à Tokyo en tant que nation indépendante en 1964, ses athlètes représentaient la France, Bouguera El Owafi (1928) et Alain Mimon (1956), remportant des médailles d’or olympiques au marathon pour la puissance coloniale.

Le lien entre les deux pays est fort depuis l’indépendance et plus de six millions de Français sont d’origine algérienne.

« Cette édition sportive sera exceptionnelle pour les Algériens en raison de la grande communauté en France, qui sera très solidaire de nos champions dans tous les domaines », a ajouté Barbarie.

« L’Algérie a pris toutes les dispositions pour ouvrir une maison d’hôtes non loin du village olympique, qui sera un centre de communication entre nos champions et la communauté algérienne en France.

« Il y aura également des événements culturels, sportifs et sociaux pour renforcer les amitiés avec les pays participants ». Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *