L’Algérie ignore l’appel du Maroc et refuse de participer aux pourparlers sur le Sahara occidental

L’Algérie ne participera à aucune discussion sur le Sahara occidental car elle ne veut pas être considérée comme partie au différend.

Les relations entre l’Algérie et le Maroc se sont détériorées à cause du conflit du Sahara occidental [Getty]

L’Algérie a annoncé mercredi son refus de participer à de futurs pourparlers dans la région contestée du Sahara occidental.

L’envoyé spécial du ministère des Affaires étrangères, Ammar Ballani, a déclaré que l’appel du Maroc à l’Algérie pour une table ronde sur la question du Sahara occidental était « dépassé ». Service de presse algérien.

C’était en réponse à une invitation du diplomate marocain Omar Hilale à l’ONU pour assister au sommet du Mouvement des non-alignés en Serbie cette année.

“L’implication de l’Algérie dans la soi-disant Table ronde n’est pas à l’ordre du jour”, a déclaré Ballani, affirmant qu’Alger tentait de présenter le Maroc comme une partie au conflit du Sahara occidental.

“Les résolutions du Conseil de sécurité (de l’ONU) indiquent clairement quelles parties sont impliquées, que ce soit le Maroc et le Front Policario. L’Algérie, la Mauritanie… deux pays voisins s’en chargent”, a-t-il ajouté.

Le responsable a décrit la proposition du Maroc pour l’établissement de l’autonomie dans la région du Sahara occidental comme “une proposition qui sème l’illusion et l’échec” car il a reproché à Rafat de ne pas soutenir une solution juste et définitive au conflit. Référendum sur l’autodétermination. ”

READ  Les 7 caractéristiques les plus importantes du frigo à rechercher lors de l'achat d'un frigo

Ballani a renouvelé l’appel des Algériens à entamer le processus politique sous la médiation de l’ONU, « pour créer les conditions nécessaires à une situation avant le 13 novembre 2020, pour revenir aux critères initiaux d’un règlement politique et pour entamer des négociations efficaces avec de bonnes négociations. Sans conditions préalables. , entre les parties au différend.”

Le 13 novembre de l’année dernière a marqué la récente escalade entre les Forces armées marocaines et la République arabe sahraouie démocratique – représentée par le Front Policario à l’ONU – dans le sud du royaume dans la région désertique contestée.

Ces affrontements ont mis fin à un cessez-le-feu de 29 ans entre les deux parties, qui stipulait qu’un référendum sur l’autodétermination aurait lieu. Le référendum n’a pas eu lieu.

Le Maroc contrôle 80 pour cent du Sahara occidental, le reste étant géré par Policario.

Les relations tendues de Rabat avec Alger se sont détériorées depuis que le Maroc a reconnu la souveraineté de Washington sur le Sahara occidental en échange de la normalisation des relations avec Israël l’année dernière.

Le 24 août, le Maroc a rejeté les allégations selon lesquelles l’Algérie aurait rompu ses relations diplomatiques avec ses voisins, y compris « espionner ses fonctionnaires en utilisant la technologie israélienne ».

Un mois plus tard, il a interdit le vol marocain de son ciel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *